Pollution : les écoles trop exposées

France 3

On respire un air bien au-dessus de la limite de pollution tolérée dans plus de la moitié des écoles et des crèches, où les mesures ont été effectuées, à Marseille et en Île-de-France. Des milliers d'enfants sont en danger.

Des écoles et des crèches aux abords des grands axes routiers. C’est une pollution permanente, particulièrement dangereuse pour les enfants. Selon l'association Respire, 91% des établissements scolaires d’Île-de-France ne respectent pas le plafond fixé par l'OMS sur les particules fines, 28% pour le dioxyde d'azote. À Paris, les habitants ne sont pas tellement surpris. Mais comme le fait remarquer une Parisienne, "quand on a une place en crèche, on la garde". Le niveau serait même sous-estimé. En bordure du périphérique, c'est encore pire. "Il y a des risques pour la croissance et de développer des problèmes respiratoires, beaucoup d'asthmatiques, et aussi des retards cognitifs", explique Franck-Olivier Torro, délégué général de l'association Respire. 

Création de zones sans véhicules polluants ?

Même constat à Marseille (Bouches-du-Rhône) où plus de la moitié des écoles et des crèches se trouvent à proximité de zones très polluées par le dioxyde d'azote. Pour Greenpeace, c'est à la municipalité de faire bouger les choses. L'association demande une zone "à faible émission", c'est-à-dire "une zone d'exclusion des véhicules". D'après Santé publique France, si les seuils étaient respectés, 17 000 décès pourraient être évités chaque année en France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne