Pollution aux particules : l'air du RER et du métro parisiens est bien pire que l'air extérieur

Sur le quai du RER B à la station Saint-Michel, à Paris, le 25 juillet 2015.
Sur le quai du RER B à la station Saint-Michel, à Paris, le 25 juillet 2015. (PAUL-MARIE GUYON / CITIZENSIDE.COM / AFP)

ATMO France présente mercredi 21 septembre un bilan de la pollution de l'air sur les vingt dernières années. Les taux de particules sont encore loin des normes légales. Illustration dans les transports souterrains parisiens.

Quand deux RER freinent à la station Auber en plein Paris, ils font immédiatement grimper les mesures de particules des capteurs du laboratoire situé sur le quai. Le caisson métallique est surplombé de cheminées qui aspirent l’air ambiant. La RATP y mesure en temps réel les taux de dioxyde d'azote, de CO2 et des particules.

Le laboratoire de mesure de la qualité de l\'air situé sur le quai du RER A à la station Auber à Paris.
Le laboratoire de mesure de la qualité de l'air situé sur le quai du RER A à la station Auber à Paris. (RADIO FRANCE / ANNE-LAURE BARRAL)

Aux heures de pointe, le compteur peut aller jusqu'à indiquer un taux de particules de 300 microgrammes par m3. Un tel seuil mesuré dans l'air extérieur provoquerait une alerte sanitaire générale... Sauf que la réglementation n’est pas la même dans le métro.

La pollution aux particules est pointée du doigt dans le bilan de la fédération des associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (ATMO France). De son bilan présenté mercredi 21 septembre, il ressort que l'air que nous respirons s'est amélioré sur les vingt dernières années. Nous sommes en revanche toujours loin des normes légales concernant les particules.

De nouvelles rames moins polluantes

À Paris, sur les quais et dans les couloirs du métro et du RER, la pollution aux particules provient à la fois de l’air extérieur, qui ventile les couloirs, que des travaux en cours. Elle est produite également par le freinage mécanique des trains. En 2011, de nouvelle rames plus modernes ont été mises en circulation sur le RER A. "Ce matériel dispose d'un très bon freinage à récupération électrique et on a donc de plus faibles émissions de particules", détaille Sophie Mazoué, responsable développement durable à la RATP.

En changeant les trains de la ligne 1 du métro en 2011, la RATP a également réussi à diminuer de 60% le taux de particules. D’autres améliorations techniques sont prévues l’an prochain.

Reportage d'Anne-Laure Barral dans le RER et le métro parisiens
--'--
--'--