Plus de 50% du Grand Paris en Zone à faible émission : "C'est plutôt un grand succès"

Une vignette Crit\'air 4 (illustration).
Une vignette Crit'air 4 (illustration). (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Les voitures avec la vignette Crit'air 5 n'ont plus le droit de circuler dans plus de la moitié des communes du Grand Paris. 

"C'est plutôt un grand succès", a estimé lundi 1er juillet sur franceinfo Patrick Ollier, président de la métropole du Grand Paris et maire Les Républicains de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), en évoquant l'interdiction de circuler pour les véhicules les plus polluants dans une partie de l'Île-de-France. Depuis lundi 1er juillet, les voitures avec une vignette Crit'air 4 et 5 (et non classées) n'ont plus le droit de rouler à Paris entre 8 heures et 20 heures. L'interdiction concerne les Crit'air 5 dans plus de la moitié des communes du Grand Paris, avec la mise en place d'une Zone à faible émission de particules (ZFE).

>> Prix du gaz, contrôle technique, encadrement des loyers à Paris… Tout ce qui change au 1er juillet

"Nous avons décidé de faire une zone expérimentale sur 79 communes à l'intérieur du cercle de l'A86, 47 communes se sont engagées dans la consultation. Les maires ont signé les arrêtés", a expliqué Patrick Ollier. Si certains ne l'ont pas fait, c'est parce qu'"il y a certainement de la part des maires des réactions attentistes parce qu'il y a les municipales dans quelques mois", mais "la ZFE est une expérience qui est faite parce qu'il y a 6 600 morts par an à cause de la pollution atmosphérique."

La pédagogie avant les sanctions

Patrick Ollier, avant de mettre des sanctions, veut que "l'État aide à la mise en place de dispositifs de vidéoverbalisation. Nous sommes en discussion avec le gouvernement." Pour le moment, "il n'y aura pas de verbalisation. J'attends de savoir comment les caméras vont être payées, j'attends aussi du gouvernement qu'il me réponde sur le reste à payer pour le changement de véhicule." L'élu a demandé des "prêts à taux zéro ou des microcrédits. François de Rugy a répondu favorablement. Nous sommes en discussion avec le ministère de l'Économie et des finances. Tant qu'il n'y aura pas de réponses on va faire de la pédagogie." Lors des contrôles, des livrets seront distribués pour expliquer aux automobilistes ce qu'ils doivent faire.

Vous êtes à nouveau en ligne