Les raisons de ces orages violents à répétition

France 3

Juin commence fort, mais tous les records ont été battus en mai avec 200 000 impacts de foudre recensés en France. Le phénomène surprend par sa fréquence et son intensité.

Depuis deux semaines, le ciel offre de spectaculaires sons et lumières. Le tonnerre n'avait jamais autant grondé en cette saison. Du jamais-vu depuis que Météo France recense les orages. Attention, cela devrait continuer. "La situation est amenée à durer au moins à court terme, puisque pour que cela se débloque, il faudrait que l'anticyclone, c'est-à-dire le beau temps qui est sur la Scandinavie, s'en aille, et pour l'instant, ce n'est pas prévu", explique Pierre Huat, météorologue chez Météogroup. En Europe, depuis mi-mai, la météo est inversée. D'habitude, la dépression et le temps instable balaient le nord de l'Europe, quand l'anticyclone et le beau temps baignent le Sud.

Gros dégâts

Mais en ce moment, c'est le contraire. La dépression dans le Sud reste coincée par l'anticyclone et le soleil au beau fixe qui règne en Scandinavie. Quand l'air chaud du Maghreb entre en contact avec cette dépression froide, cela entraîne de gros orages. Et les conséquences sont parfois désastreuses : usines détruites, arbres abattus, et chaussées détruites par les coulées de boue. Alors va-t-il falloir s'habituer à ces séries d'orages, qui avant intervenaient plutôt au milieu de l'été ? Sont-ils la conséquence du réchauffement climatique ? Indirectement oui pour le climatologue Jean Jouzel : "Je pense qu'on peut établir un lien entre ces orages printaniers et le fait que les étés soient plus précoces". Des orages sont prévus en France jusqu'à la fin de la semaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne