Le beau temps est-il de retour pour de bon ? On a posé la question à un prévisionniste de Météo France

Des baigneurs profitent de la météo clémente sur une plage des Sables-d\'Olonne (Vendée), le 31 mai 2019.
Des baigneurs profitent de la météo clémente sur une plage des Sables-d'Olonne (Vendée), le 31 mai 2019. (MAXPPP)

Avec un thermomètre qui va flirter voire dépasser les 30°C dans toute la France, le week-end affiche enfin des températures estivales. Mais ce n'est pas forcément parti pour durer.

Plus de 30°C annoncés à Bordeaux, Biarritz ou Clermont-Ferrand, 29°C à Paris, 28°C à Lyon ou encore 27°C à Lille... Ce samedi 1er juin ressemble fort au coup d'envoi d'un été ensoleillé, tant le ciel s'annonce dégagé et les températures clémentes. Mais cette météo exceptionnelle va-t-elle durer et faut-il forcément y voir un bon présage pour les mois à venir ? Pour le savoir, franceinfo a interrogé Frédéric Nathan, prévisionniste pour Météo France.

Franceinfo : La météo de ce week-end est-elle exceptionnelle pour un début de mois de juin ?

Frédéric Nathan : On a effectivement un week-end particulier. Avec les conditions anticycloniques, de l'air chaud remonte depuis l'Espagne, ce qui provoque des températures très élevées samedi, avec une progression du mercure dimanche. Mais cet air chaud va se décaler vers l'Europe centrale et être remplacé par un air océanique plus frais. Les températures vont baisser, et se rapprocher des normales de saison à partir de lundi. Et des perturbations orageuses sont attendues en milieu de semaine.

Peut-on tout de même affirmer que cela présage d'un bel été ?

On ne peut vraiment pas, scientifiquement, faire des précisions détaillées au-delà de 10 jours. A Météo France, nous publions des prévisions saisonnières, qui sont des tendances moyennes au niveau des températures, sur les trois mois à venir. En juin, juillet et août, elles devraient être plutôt au-dessus de la normale. Mais on ne sait pas dans quelle ampleur elles seront supérieures aux moyennes saisonnières, et on ne peut pas dire si juin sera plutôt chaud ou juillet moins. A l'intérieur de ces trois mois, tout est possible.

Cet été qui s'annonce plutôt chaud laisse-t-il présager de faibles précipitations ?

Au niveau des précipitations, on a parfois des signaux qui nous donnent des indications, mais là pas du tout. Tout ce que je peux vous dire, c'est ce que tout le monde sait : à un moment ou à un autre, il y aura forcément des orages. C'est normal, c'est l'été.

Certains voient dans les mois qui précèdent l'été des présages de la météo à venir : cette année, par exemple, le mois de mai a été plutôt frais. Est-ce une croyance justifiée ?

Non. Les études ne montrent aucune corrélation entre ce qui peut se passer au mois de mai, par exemple, et l'été. Si vous avez un mois de mai frais, la probabilité d'avoir un été plutôt chaud ou plutôt froid est la même.

Vous êtes à nouveau en ligne