Après les orages, "1 000 hectares ont été détruit à 100%" dans le vignoble AOC Champagne

Des vignes de champagne près de Reims (Marne), le 30 mars 2016.
Des vignes de champagne près de Reims (Marne), le 30 mars 2016. (MAXPPP)

Le directeur de la communication du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC), Thibaut Le Mailloux, a expliqué, mercredi sur franceinfo, que les épisodes de grêle arrivent "à un stade où la vigne est fragile".

"Des centaines de vignerons sont touchés potentiellement", a estimé Thibaut Le Mailloux, mercredi 30 mai sur franceinfo, après les violents orages qui ont eu lieu la nuit dernière sur de nombreux départements en France et notamment en Champagne. Le directeur de la communication du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC) a expliqué que les épisodes de grêle arrivent "à un stade où la vigne est fragile". Mais, ce qui est "marquant" selon lui, c'est "la précocité des orages", phénomène "précurseur des changements climatiques en cours".

franceinfo : Quel est le bilan des dégâts provoqués par les orages ?

Thibaut Le Mailloux : Les dégâts sont importants. Les épisodes orageux de fin avril et du mois de mai ont touché 1 800 hectares, dont 1 000 hectares ont été détruit à 100%, ce qui représente 3% de l'entièreté du vignoble en AOC Champagne. En Champagne, il y a 20 000 déclarants de récolte pour 33 000 hectares. À partir du moment où la parcelle est très petite, de la taille d'un jardin, ce sont des centaines de vignerons qui sont touchés potentiellement.

Quelles sont les conséquences pour les vignerons et leurs récoltes ?

Pour eux, la conséquence immédiate est que les perspectives de récoltes sont amoindries, voire détruites dans certaines parcelles. Cela veut dire qu'il y a une vigilance accrue pour tout le reste de la saison, puisque ces épisodes de grêle sont plutôt très précoces par rapport aux années précédentes. Il y a une tension forte sur le côté météo et un déficit potentiel de récolte. Fort heureusement, la Champagne dispose d'une réserve de vins issus des récoltes précédentes. Ceux des vignerons qui disposent d'une réserve suffisante pourront pallier ce déficit de récolte. Mais la grêle a touché également des secteurs qui avaient été touchés les deux années précédentes par des gelées de printemps. Certains vignerons seront en difficulté pour pouvoir produire le Champagne dans un volume qui corresponde aux attentes de leurs clients.

Ces épisodes d'orage sont précoces. Vous avez toujours connus ces épisodes. Qu'est-ce que cela change que ces orages arrivent à ce moment-là de la saison ?

Cela arrive à un stade ou la vigne est fragile puisque la floraison est en train de débuter en Champagne. C'est un moment particulièrement sensible, puisque de la qualité des fleurs dépendra la taille et le poids des grappes, donc le volume de raisin récolté. Mais la Champagne a connu des épisodes de grêle à diverses époques de l'année, y compris pendant la vendange. Ce qui est frappant, c'est la précocité de ces orages, qu'on appelait des orages d'été, qui arrivent en tout début de saison. C'est ce phénomène qui est particulièrement marquant. La violence de ces orages de grêle et la taille des grêlons sont aussi tout à fait inhabituelles pour la saison. On assiste à un phénomène probablement précurseur des changements climatiques en cours et de phénomènes plutôt extrêmes qui se produisent à n'importe quel moment de l'année.