Montagne : quand les pisteurs sont à pied d'oeuvre

France 3

À La Clusaz (Haute-Savoie), 50 centimètres de neige sont tombés en cinq jours. Vendredi 27 décembre, les services de l'État de Haute-Savoie sont venus assister à la sécurisation des pistes.

Cela ressemble à une visite de chantier qu'effectue Florence Gouache, la sous-préfète de l'arrondissement d'Annecy, à La Clusaz (Haute -Savoie), dans la matinée du 27 décembre. Justement, le chantier de la prévention et de la sécurité en montagne est vaste. Les messages sont identiques, répétitifs, et primordiaux. "Le risque 3, on estime que c'est un risque moyen. Il va faire beau donc les gens voudront sortir puisque la neige sera belle. Ils vont vouloir suivre les professionnels et c'est là où arrivent les accidents", explique Guilhem Motte, directeur des pistes de La Clusaz.

Un nombre de décès par hiver en avalanche relativement stable

60% des accidents ont lieu en risque 3. Dans la matinée, l'ensemble des pistes du domaine skiable a été sécurisé. 30 cm de neige fraîche à 1 800 m d'altitude attendaient les plus mordus. Des éclaircies sont attendues dans les jours à venir. Et les pratiques évoluent. Les disciplines se côtoient sur une seule et même piste. Le nombre moyen de décès par hiver en avalanche est relativement stable selon l'Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne