L'appel de la mère de Sacha, jeune skieur disparu depuis le 31 janvier en Isère

Photo postée le 31 janvier 2019 sur le compte Instagram de Sacha Arabadzic, depuis disparu.
Photo postée le 31 janvier 2019 sur le compte Instagram de Sacha Arabadzic, depuis disparu. (CAPTURE D'ÉCRAN)

Ni les secours ni les enquêteurs n'ont à ce stade retrouvé trace du jeune homme, disparu lors d'une journée de ski dans le massif de l'Oisans.

Sacha Arabadzic, un étudiant grenoblois de 18 ans, a disparu depuis le 31 janvier dernier dans le massif de l'Oisans, en Isère. Malgré un appel à témoins et les recherches menées par les secours en montagne, le jeune homme est introuvable. Les sauveteurs pensent qu'il a pu être emporté par une avalanche. Sacha, membre du ski club de Vaujany, était parti skier seul ce jour-là, sur le domaine de l'Alpe d'Huez. Il est possible qu'il ait voulu rentrer chez lui, dans la vallée, en hors-piste. La police judiciaire a été saisie de l'enquête.

La piste d'une photo postée sur les réseaux sociaux

Sylvie, la maman de Sacha, ne croit pas à une fugue, et pense que son fils a été emporté par une avalanche. Elle se raccroche aussi à cette photo de son fils, prise avec son téléphone par une autre personne et postée sur Instagram le 31 janvier.

Voir cette publication sur Instagram

Ce genre de ligne MARAMÉ ! #powderday #dynastar #villardreculas #alpedhuez

Une publication partagée par swag animal (@sacha.arabadzic) le

Elle lance un appel au micro de France Bleu Isère : "Qui est cette personne ? Pourquoi ne se manifeste-t-elle pas ? On a besoin de son aide. Elle ne sera peut-être pas d'une grande importance, mais on a besoin de savoir avec qui il a échangé. J'aimerais aussi rencontrer cette personne, étant l'une des dernières avec qui il a pu converser."

On a besoin de savoir s'il a pu éventuellement parler de son tracé, de son parcours, dire ce qu'il allait faire ou pas, parce qu'il ne l'a dit à personne.Sylvie, la mère de Sacha

Sylvie est dévastée par l'angoisse de ne pas savoir où est son fils, ni ce qui lui est arrivé. "Je remercie infiniment tous les gens de la région parce que sans eux, ce serait bien plus dur. Tous les gens qui nous aiment, ou qui ne nous connaissent même pas et qui se sentent touchés... C'est un amour qui nous porte, qui heureusement est là, parce que sinon je me serais juste cognée la tête contre les murs. C'est ça qui me porte et puis l'envie de le retrouver et de l'embrasser."

Le père de Sacha, Ivan, dit avoir confiance en son fils qui avait appris à skier dès l'âge de 3 ans. Mais il craint qu'il ait voulu rentrer chez lui, dans la vallée, en hors-piste. "C'est un peu comme si Sacha s'était cru le plus fort pour maîtriser son Oisans, sa montagne qu'il adore, mais ce jour-là il a perdu. Le problème c'est que la montagne n'est ni juste ni injuste, elle est dangereuse."

Vous êtes à nouveau en ligne