Tempête Ciara : les vents "pourraient atteindre les 160 km/h" dans les Vosges et les Ardennes, selon Météo France

Une vague submerge le phare de Newhaven, dans le sud de l\'Angleterre, le 9 février 2020.
Une vague submerge le phare de Newhaven, dans le sud de l'Angleterre, le 9 février 2020. (GLYN KIRK / AFP)

Alors que la tempête Ciara arrive en France, Olivier Proust, prévisionniste à Météo France met en garde contre les vents, la pluie, les chutes d'arbres et les vagues.

Les vents vont ponctuellement "dépasser les 140 km/h selon la topographie des lieux", selon Olivier Proust prévisionniste à météo France et invité de franceinfo ce dimanche, alors que la tempête Ciara arrive en France. Il met aussi en garde contre "la pluie, les chutes d'arbres" et les vagues.

D'où vient cette tempête ?

Cette tempête est engendrée par une dépression qui circule sur le nord de l'Écosse. Cela peut paraître loin de nous mais en général c'est au sud des dépressions très creuses comme cela qu'on a les vents les plus forts. On a déjà des rafales très fortes sur les côtes bretonnes et normandes et jusque dans les Hauts-de-France, et déjà des valeurs dépassent les 130 km/h à l'intérieur des terres assez ponctuellement.

À quel moment et où les vents seront-ils les plus forts ?

Le vent va se renforcer dans la nuit. Ils vont balayer toute la partie nord de la France d'Ouest en Est avec des rafales qui vont atteindre les 100 à 120 km/h. Ponctuellement, dans l'intérieur des terres, on peut avoir un peu plus et puis sur le relief et les cap exposés on peut dépasser les 140 km/h selon la topographie des lieux. On s'attend aussi à avoir des valeurs un peu plus fortes sur le massif ardennais et surtout sur le massif des Vosges avec des valeurs sur les crêtes exposées qui pourraient attendre les 160 km/h.

Il n'y a pas que le vent qui présente des risques...

On va regarder aussi ce qui se passe en pleine mer cette nuit sur les côtes de Manche avec une situation critique et des surcôtes qui vont pénétrer en Seine aval jusque dans la région de Rouen, donc une vigilance crue dans cette région. Et puis il y a des pluies : il faut savoir aussi que les sols sont particulièrement detrempés Sur des sols meubles, les arbres peuvent être arrachés plus facilement par le vent. Et on sait bien que les chutes d'arbres peuvent causer les dommages les plus importants lors des tempêtes, donc c'est un facteur aggravant. Et puis, il y a cette vigilance vagues-submersion : éviter de se promener pour aller voir cette tempête de trop près, ça pourrait être dramatique.

Vous êtes à nouveau en ligne