Intempéries : une nouvelle journée sans électricité

Samedi 16 novembre, 79 500 foyers sont toujours privés d'électricité après les fortes chutes de neige jeudi dernier. L'Agence régionale de santé appelle à la plus grande vigilance car plusieurs personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone. Les agents d'Enedis sont présents sur le terrain pour régler la situation.

Les opérations se multiplient à Chabeuil (Drôme). Grâce aux conditions météorologiques favorables, un hélicoptère d'Enedis survole les lignes électriques endommagées et guide les équipes au sol qui rétablissent les lignes à haute tension. "Le but de l'opération, c'est de réparer un conducteur qui est sectionné en deux, et ensuite de le remonter en l'air. Sur un chantier comme ça, on peut mettre deux heures à remonter un conducteur", explique Jérôme Guimon, qui encadre un groupe d'agents d'Enedis.

Les opérations se poursuivent tout le week-end

2 200 agents d'Enedis sont mobilisés. Objectif : raccorder les nombreux villages privés d'électricité, notamment dans la Drôme. Un village est plongé dans le noir depuis plusieurs jours. Alors, pour les habitants, c'est le système D. À quelques kilomètres, le village de Pélussin (Loire) vit au ralenti. L'activité économique est à l'arrêt. Sans courant, un restaurateur a perdu toute sa marchandise. Au plus fort de la crise, 330 000 foyers n'avaient plus d'électricité. Les opérations d'Enedis devraient se poursuivre jusqu'à dimanche 17 novembre dans la soirée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne