Éric Ciotti dénonce une accoutumance aux alertes orange

France 3

En direct d'Antibes (Alpes-Maritimes), Catherine Matausch interviewe Éric Ciotti, président du département des Alpes-Maritimes sur les intempéries qui ont frappé le département.

Pour Éric Ciotti, président du département des Alpes-Maritimes interviewé par Catherine Matausch ce dimanche 4 octobre à Antibes, s'il y avait eu une vigilance rouge au lieu d'une vigilance orange samedi soir cela aurait été différent. "Il y aurait eu moins de circulation, moins de personnes à l'extérieur, pas de grandes manifestations publiques, donc c'est une question qui se pose. Ce qui s'est passé [...] relevait d'une alerte rouge, très clairement", note-t-il au micro de France 3.

Trop d'annonces

"Si cette alerte rouge avait pu être déclenchée, nous aurions pu éviter la présence sur les voies publiques, sur les routes, de personnes qui circulaient", ajoute-t-il. Éric Ciotti dénonce une forme d'accoutumance aux alertes orange. "Cette multiplicité des annonces nuit peut-être à leur caractère informatif et dissuasif", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne