VIDEO. Fonds de 80 millions d'euros, accélération des procédures... Les mesures d'Emmanuel Macron aux sinistrés de l'Aude

FRANCEINFO

Les fortes intempéries dans l'Aude ont fait 14 morts et 70 blessés dans la nuit du 14 au 15 octobre.

"On sera là". Une semaine après les inondations meurtrières qui ont frappé le département de l'Aude, Emmanuel Macron s'est rendu lundi 22 octobre auprès des familles des victimes et des sinistrés auxquels il a promis le déblocage d'un fonds d'au moins 80 millions d'euros et une accélération des procédures. "On va aider pour qu'on répare au plus vite", a assuré le chef de l'Etat lors d'un échange avec des habitants à Villalier.

L'état de catastrophe naturelle, qui doit permettre une indemnisation rapide par les assureurs a été reconnu par décret le 18 octobre dans 126 communes du département. Le président a précisé que cette liste "n'est pas définitive et les nouvelles demandes qui seront formulées dans les prochains jours seront traitées dans le cadre d'une procédure accélérée".

Une aide de 500 euros par adulte débloquée

Concernant les secours aux personnes, le fonds de secours d'aide d'extrême urgence, qui prévoit une aide de 500 euros par adulte et 200 euros par enfant, a été débloqué et continuera à fonctionner tant que nécessaire. Les frais engagés par les communes pour l'hébergement des habitants sinistrés seront pour leur part remboursés à 100% par l'Etat –une dérogation à la règle de participation minimale de la commune, du département ou de la région normalement de 20%, a souligné Emmanuel Macron.

Au-delà de la gestion de crise immédiate, le gouvernement va proposer "dès cette année en loi de finances de doubler le taux de subventions apportées par le fonds Barnier pour financer les travaux de mise en sécurité de bâtiments en zones inondables". Enfin, le dispositif pluies intenses sera renforcé afin que les alertes puissent être déclenchées de manière plus fine, a souligné le chef de l'Etat, une réponse aux critiques émises après les inondations par des habitants qui s'étaient plaints de ne pas avoir reçu d'alerte rouge avant la nuit de la crue. 

Vous êtes à nouveau en ligne