Inondations : au Louvre, "avec plus de 220 000 pièces à sauvegarder, on ne peut pas attendre qu'il y ait de l'eau"

La pyramide du musée du Louvre à Paris, le 27 mai 2016.
La pyramide du musée du Louvre à Paris, le 27 mai 2016. (MAXPPP)

La crue de la Seine a atteint 5 m de hauteur, jeudi midi à Paris. Les musées de la capitale, situés au bord du fleuve et directement menacés, ont rapidement pris des mesures pour protéger les œuvres d'art.

Il y a eu le château de Chambord (Loir-et-Cher) mercredi, c'est au tour des musées parisiens d'être menacés par les eaux. Face aux pluies diluviennes qui tombent dans le nord de la France depuis une semaine, de nombreux musées et châteaux s'inquiètent des possibles inondations. A midi, jeudi 2 juin, la crue de la Seine a atteint 5 m et les 8 départements de l'Ile-de-France ont été placés en vigilance météo, sept en orange, la Seine-et-Marne en rouge.

>> Inondations : suivez toutes les informations dans notre direct

Directement situé aux abords de la Seine, à Paris, le musée du Louvre a mis en place une cellule de crise, afin de prévenir toute montée des eaux. "Nous travaillons avec la préfecture, qui nous donne les indications pour évacuer des personnes ou fermer des salles", indique-t-on à l'accueil du musée.

Jeudi après-midi, sous la verrière du hall principal, les touristes et visiteurs circulent de salle en salle comme, si de rien n'était. Audioguide collé à l'oreille, en groupe ou seul, personne ne semble troublé par la montée du fleuve. "Je suis parisienne, j'en ai entendu parler bien sûr, précise Cassandre, 23 ans, venue avec ses tantes. Le musée prend des mesures de sécurité, je ne me sens pas en danger."

La salle des arts de l'islam fermée par précaution

En début d'après-midi, la salle des arts de l'islam, dotée de plus de 14 000 objets et de 3 500 œuvres, a fermé ses portes. Située au rez-de-chaussée du bâtiment, sa collection risquait d'être directement touchée par une montée des eaux. "C'est une fermeture préventive, indique un gardien. Il n'y a pas d'eau à l'intérieur, mais il va falloir déplacer les œuvres au cas où." La plupart d'entre elles seront transportées vendredi vers les étages supérieurs du musée.

Non avertis, plusieurs visiteurs étrangers se dirigent vers la porte, et demandent : "Islam, arts ?", avant d'être éconduits. Les autres collections du musée "restent accessibles", répète-t-on. "Sauf ordre contraire, le musée fermera bien ses portes à 18 heures, aucune évacuation n'est prévue dans l'immédiat", confie une salariée.

En début d'après-midi, un début d'évacuation a eu lieu, indique-t-on au guichet informations. "On a commencé à évacuer les visiteurs vers la sortie, avant de recevoir un ordre contraire. Les personnes ont pu revenir rapidement." L'évacuation dans ce cas de figure ne relève pas de l'urgence, puisque la montée des eaux est anticipée. "Elle ressemble à une banale fermeture de musée", glisse-t-on du côté du guichet informations.

Parmi les agents du musée, peu détiennent des informations sur les opérations en cours : "On reçoit des ordres, mais on n'a pas de contexte, murmure un gardien. Je pense qu'on aurait dû fermer avant. Mais un jour de pluie comme celui-ci, ça en fait des entrées..."

Déclenchement du "plan de prévention des risques"

Depuis 2002, un plan de prévention des risques d'inondation prévoit des exercices réguliers en cas de crue. Le 8 mars, le Louvre a ainsi simulé, pendant une journée, l'évacuation des œuvres exposées dans le sous-sol du département des arts de l'islam.

Dans le cadre du plan de prévention déclenché jeudi, des dispositifs de pompage et de ralentissement de la propagation des eaux ont été installés dans les sous-sols. C'est dans ces parties que se trouvent les "réserves" du musée, des salles où sont gardées des œuvres d'art non exposées. Près de 220 000 pièces - de l'imposante statue au fragment archéologique - étalées sur 7 500 m2. "On ne peut pas attendre qu'il y ait de l'eau, il faut les sauvegarder dès maintenant", précise le musée.

Dans l'alcôve de ces salles secrètes, des membres du musée vont et viennent pour organiser le transfert, une opération délicate qui "peut prendre beaucoup de temps", confie un gardien. A 17h45, une voix dans un haut-parleur annonce la fermeture du musée. Tranquillement, les visiteurs se dirigent vers la sortie, appareils photos et smartphones en mains. Le musée ferme pour un temps indéfini. "Ça peut être très court... ou très long, s'amuse une salariée. Ça dépendra de la crue..."