Crues : Troyes épargnée, mais la Seine monte toujours

Des personnes évacuées de leur domicile à Buchères (Aube), près de Troyes, le 7 mai 2013.
Des personnes évacuées de leur domicile à Buchères (Aube), près de Troyes, le 7 mai 2013. (MAXPPP)

La Seine n'a pas encore atteint son pic de crue dans la ville. L'Aube reste sous vigilance orange.

La crue tant redoutée n'a pas encore eu lieu. La ville de Troyes (Aube), menacée par des inondations dans la nuit de mardi à mercredi 8 mai, a pour l'instant été épargnée par la Seine, qui n'a débordé qu'au sud de l'agglomération.

Le département de l'Aube est cependant toujours placé en vigilance orange. "Le pic de crue attendu dans la nuit n'est pas arrivé, la situation n'a pas évolué depuis hier et la Seine qui a légèrement monté est restée dans son lit", a indiqué mercredi matin la cellule de crise de la préfecture. Certaines communes voisines de Troyes commencent cependant à être touchées, rapporte l'envoyé spécial de France 2, Hugo Clément. 

Buchères, commune la plus touchée

La commune de Buchères, située à 10 km au sud de Troyes et déjà inondée mardi matin, a finalement été la seule commune de l'agglomération touchée, avec près de 40 cm d'eau dans les rues les plus basses et plus d'un mètre dans les caves des maisons en bordure de Seine. Selon Daniel Lebeau, le maire de Buchères, 45 habitants ont été évacués mardi soir. Onze ont été relogés à l'hôtel, tandis que les autres ont trouvé refuge chez des proches.

Toute la nuit de mardi à mercredi, les pompiers ont patrouillé dans les rues bordant le fleuve dans les quartiers de la Mouline au sud et des Ecrevolles à l'est, pour surveiller l'éventuelle montée des eaux. Le match de Coupe de France Troyes-Bordeaux a été reporté au 14 mai par précaution. Deux gymnases pouvant accueillir en tout près de 800 personnes avaient été également aménagés par la mairie de Troyes, en prévision d'hypothétiques évacuations d'habitants.