"Cette neige, plus lourde et compacte, s'accroche au réseau électrique" : Enedis explique pourquoi des milliers de foyers sont toujours privés d'électricité

Des habitants de Valence (Drôme) marchent dans la neige, le 14 novembre 2019.
Des habitants de Valence (Drôme) marchent dans la neige, le 14 novembre 2019. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)

Selon le porte-parole d'Enedis, le type de neige tombé ces derniers jours et les conditions météo difficiles compliquent la réalimentation des ménages touchés par les coupures de courant.

Les chutes de neige ont provoqué de nombreuses coupures d'électricité dans le sud-est de la France. Dimanche 17 novembre, à 19 heures, 33 000 foyers en étaient toujours privés, principalement dans la Drôme, l'Isère et l'Ardèche. Plus de 2 000 techniciens d'Enedis et d'entreprises partenaires de travaux sont mobilisés pour résoudre les problèmes. "L'épaisseur de la neige et les conditions météo ralentissent la réalimentation", indique à franceinfo Robin Devogelaere-Pozzo, directeur de la communication d'Enedis. Il explique les moyens mis en œuvre.

Franceinfo : Pourquoi ce type de chute de neige provoque-t-il de telles coupures d’électricité ?

Robin Devogelaere-Pozzo : Les météorologues parlent de deux types de neige : la neige sèche et la neige collante, plus humide, que l'on a rencontrée pendant cet épisode. Elle est plus lourde et plus compacte, elle va s'accrocher aux branches ou au réseau électrique. Avec son poids, cette neige va faire vriller légèrement le câble électrique. Il va tourner sur lui-même et cela va créer un manchon. Le câble va être entouré de neige et cela peut causer une rupture. Il peut aussi y avoir des arbres arrachés.

Quelles sont les solutions mises en œuvre ces derniers jours ?

Pour réparer, il faut auparavant établir un diagnostic, trouver où se situe le problème électrique. On dispose de trois méthodes. Tout d'abord, on peut faire décoller des hélicoptères ou des drones, et voir du ciel la zone en difficulté. Depuis un jour et demi, avec la tempête, il est impossible de décoller car le ciel est très bas. On n'y voit pas à 15 mètres. Une autre possibilité, ce sont les appels des clients. Ils contactent les centres d'appels dépannage [09 726 750 XX, XX correspondant au numéro du département] et au fur et à mesure des appels, on va cartographier le problème. Enfin, avec les compteurs connectés Linky, on tente d'envoyer un message aux compteurs. S'il ne revient pas, c'est qu'il y a une coupure d'électricité. 

Ensuite, ces informations sont transmises aux équipes au sol, les forces d'intervention rapide électricité, qui remontent à pied la ligne jusqu'à apercevoir le défaut. Mais l'épaisseur de la neige et les conditions météorologiques ralentissent la réalimentation.

Cet épisode et ses conséquences auraient-ils pu être davantage anticipés ? 

Nous disposons de notre propre système de prévisions. Il produit une sorte de carte avec les potentiels impacts d'un épisode météo. Cela permet de prémobiliser les équipes. En ce moment, 2 200 techniciens sont mobilisés, dont plus d'un millier appelés depuis d'autres départements. Malgré cette anticipation, nous avons rencontré des problèmes d'accès à nos chantiers. Des arbres arrachés au milieu de la route ou une neige abondante sur les accès par exemple…

Envisagez-vous à l’avenir de modifier vos infrastructures dans les zones touchées ?

A chaque fois qu'il y a un aléa climatique, on fait toujours un retour sur expérience pour savoir comment s'améliorer. On pourra, à ce moment-là, décider d'investir pour enfouir des lignes aux endroits touchés, mais ce n'est pas possible partout.

Vous êtes à nouveau en ligne