D'Edith à Hugo, les six ouragans les plus meurtriers de l'histoire des Antilles

L\'ouragan Hugo a dévasté le village du Gosier, en Guadeloupe, dans la nuit du 16 au 17 septembre 1989.
L'ouragan Hugo a dévasté le village du Gosier, en Guadeloupe, dans la nuit du 16 au 17 septembre 1989. (GERARD FOUET / AFP)

Les Antilles ont été particulièrement touchées par les ouragans Irma et Maria, ces derniers jours. Mais d'autres ouragans ont, par la passé, marqué l'histoire de cette région.

Pour la seconde fois en un mois à peine, les Antilles sont balayées par les ouragans. Maria a semé la dévastation sur la petite île de la Dominique et en Guadeloupe, lundi 18 et mardi 19 septembre.

> Suivez l'avancée de l'ouragan Maria dans notre direct

Dix jours plus tôt, l'ouragan Irma a dévasté les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Des cyclones frappent régulièrement les Antilles. Voici les six ouragans les plus meurtriers et dévastateurs de l'histoire de cette région.

En 1963, Edith touche la Martinique

En septembre 1963, l'ouragan Edith et ses vents à plus de 200 km/h font 10 morts en Martinique. "De tous les cyclones qui se sont abattus sur la Martinique, Edith reste gravé dans toutes les mémoires", raconte France-Antilles. Des ponts sont emportés, les bananeraies détruites, pour des "dégâts considérables" estimés alors à 300 millions de francs, soit plus de 410 millions d'euros.

En 1964, Cleo ravage la Guadeloupe

L'ouragan Cleo frappe la Guadeloupe en août 1964. Le phénomène météorologique fait 13 morts et 20 000 sans-abri. Cleo détruit également 3 500 maisons, comme le montre ce reportage réalisé à l'époque. "La plupart des cultures sont anéanties. Le montant des dégâts s’élève à plus de 300 millions de francs de l’époque", soit plus de 400 millions d'euros, note Guadeloupe 1ere. Cleo provoque aussi plusieurs dizaines de morts en Haïti.

En 1966, Inez meurtrit la Guadeloupe

En septembre 1966, l'ouragan Inez tue 26 personnes, et fait 500 blessés et 30 000 sans-abri. Dans les Caraïbes, au Mexique et aux Etats-Unis, le bilan grimpe à plusieurs centaines de victimes. "La zone allant de Pointe-à-Pitre à Basse-Terre est la plus touchée", retrace l’Institut pour l’histoire et la mémoire des catastrophes (IHMEC) sur son site. "Les équipements et l'économie étaient également durement touchés : bâtiments publics hors d'usage, effondrement des lignes électriques, bananeraies et champs de canne saccagés", ajoute le site.

En 1967, Beulah frappe la Martinique

Du 7 au 8 septembre 1967, les pluies torrentielles de l'ouragan Beulah font 14 morts en Martinique, emportés par des rivières en crue ou des coulées de boue. "Les pluies torrentielles ont donné, en 24 heures, des quantités d’eau importantes dépassant souvent la normale mensuelle", rapporte le site de Météo France. Beulah cause en tout la mort d'une cinquantaine de personnes dans les Caraïbes, au Mexique et au Texas.

Météo France diffuse la trajectoire de l\'ouragan Beulah, qui a touché les Antilles en septembre 1967.
Météo France diffuse la trajectoire de l'ouragan Beulah, qui a touché les Antilles en septembre 1967. (METEO FRANCE)

En 1970, Dorothy fait des dizaines de morts en Martinique

Le bilan le plus lourd remonte à Dorothy, en 1970, avec une quarantaine de victimes en Martinique. Du 20 au 21 août 1970, la tempête tropicale, avec ses pluies torrentielles et ses vents à plus de 130 km/h, touche l'île. "Les pluies se déversent principalement sur le centre et nord de l’île avec des orages d’une rare violence", précise Météo France. L'ouragan fait 44 morts et disparus. "La plupart des victimes occupaient des maisons qui ont été ensevelies sous des masses de boue par suite des glissements de terrains", ajoute Météo France.

En 1989, Hugo marque la Guadeloupe

"L'ouragan Hugo fut l'un des plus violents cyclones tropicaux qu'aient connu les Antilles depuis que des observations scientifiques sont réalisées", explique Guadeloupe 1ere. C'est dans la nuit du 16 au 17 septembre 1989 que l'ouragan, alors en catégorie 5, frappe les côtes de l'archipel guadeloupéen, avec des rafales à plus de 300 km/h. Hugo y fait une centaine de blessés et plus d'une dizaine de morts. "Le coût total des réparations s'élèvera à plus de 4 milliards de francs, note Guadeloupe 1ere, soit plus de 930 millions d'euros. Il laisse aussi 25 000 personnes sans abri et 35 000 sinistrés."

Vous êtes à nouveau en ligne