Pillages à Saint-Martin : "Il y a deux mondes à confronter", ceux qui pillent et ceux qui "prennent pour manger"

Des habitants de l\'île de Saint-Martin, le 9 septembre 2017 après le passage de l\'ouragan Irma.
Des habitants de l'île de Saint-Martin, le 9 septembre 2017 après le passage de l'ouragan Irma. (MAXPPP)

Junisa Gumbs, chargée de mission au service extérieur à la Maison de Saint-Martin, l'antenne en métropole de la collectivité d'outre-mer, a tenu lundi à nuancer les "pillages" dans l'île.

Après le passage de l'ouragan Irma, des pillages ont été constatés sur l'île. Des renforts sont arrivés sur place, notamment pour faire face aux vols et dégradations. Invitée de franceinfo lundi 11 septembre, Junisa Gumbs, chargée de mission au service extérieur à la Maison de Saint-Martin (antenne de la collectivité d'outre-mer de Saint-Martin) à Paris, a tenu à nuancer la portée de ces pillages.

"Il y a deux mondes à confronter, a-t-elle expliqué. Il y a une partie de la population, des jeunes, qui font n'importe quoi, mais il y a aussi beaucoup de familles qui essaient de s'entraider, qui essaient de prendre ce qu'elles peuvent pour manger. Il y a des enfants en bas âge qui sont restés à Saint-Martin. Il y a ceux qui volent pour survivre." Ces "pillages" après un cyclone, "cela arrive tout le temps, cela a toujours existé".

Saint-Martin n'est pas "une île coupée du monde"

Junisa Gumbs a regretté qu'il y ait eu une sous-estimation de ce qui est arrivé. "On n'est pas une île isolée du monde, a-t-elle assuré. On est un hub [plate-forme de correspondance] dans la Caraïbe. On avait deux aéroports qui fonctionnaient très bien, on a la Guadeloupe à 45 minutes d'avion. Il y avait des choses à prévoir qui sont arrivées malheureusement en retard. Mais on peut comprendre parce qu'il y a eu José qui arrivait."

Face à la "grande détresse" des habitants de Saint-Martin, Junisa Gumbs constate qu'il y a un "mouvement d'entraide qui se créé. Ce sont des personnes très joyeuses, très amicales, qui s'entraident énormément. C'est le fait d'être déconnecté qui fait souffrir les familles en France." La maison de Saint-Martin [à Paris, 54 rue de Varenne 75007] a commencé à recevoir des collectes de dons matériels, de France et d'Europe. Elle est ouverte tous les jours de 10h à 18h même le week-end. La maison de Saint- Martin est "tout ce qui reste de la collectivité à Paris", a exprimé la chargée de mission.

"Beaucoup de familles essaient d'aller prendre ce qu'elles peuvent pour manger" Junisa Gumbs, chargée de mission au Service extérieur à la Maison de Saint-Martin à franceinfo.
--'--
--'--