Ouragans aux Antilles : déploiement des forces de l'ordre pour maintenir la sécurité

À Saint-Martin, les sinistrés sont victimes ou témoins de pillages. Malgré l'arrivée de renforts, les habitants se sentent abandonnés.

Grand-Case, sur l'île de Saint-Martin, n'est plus qu'un champ de ruines après le passage de la tempête Irma. Le lieutenant-colonel Manzoni est en reconnaissance dans les rues et il est sollicité par les habitants en plein désarroi.

Dans cette rue, toutes les maisons sont sinistrées et les habitats traumatisés. "On ne peut pas rester, on n'a plus rien. Il faut qu'on parte le plus vite possible. Mais pour l'instant, on est bloqué. Il y a un autre cyclone qui arrive", explique cette femme.

Des proies pour les pillards

Partout dans l'île, les maisons et les magasins éventrés sont des proies pour les pillards. "La recrudescence des pillages et des phénomènes de violences a engendré un fort sentiment d'insécurité chez les sinistrés de Saint-Martin et dès la tombée de la nuit les risques sont encore plus importants", indique Stéphanie Desjars, envoyée spéciale à Saint-Martin.

Des barrages de gendarmes sont mis en place sur les routes, sur les axes stratégiques, durant la nuit avec les renforts venus des Antilles et de métropole.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne