"C'est impardonnable !" : une partie de la droite et l'extrême droite s'offusquent du doigt d'honneur d'un jeune qui pose avec Emmanuel Macron

Le selfie d\'un jeune et de son cousin avec Emmanuel Macron, à Saint-Martin, dimanche 30 septembre.
Le selfie d'un jeune et de son cousin avec Emmanuel Macron, à Saint-Martin, dimanche 30 septembre. (DR / TWITTER)

En visite à Saint-Martin, le chef de l'Etat a posé à côté de deux jeunes hommes dans le Quartier d'Orléans, l'un des villages les plus pauvres de l'île. L'un deux, torse nu, fait un doigt d'honneur face à l'objectif.

Décidemment, c'est une rencontre qui fait parler. Lors d'un long bain de foule samedi 29 septembre, à Quartier d'Orléans, l'un des villages les plus pauvres de l'île, Emmanuel Macron a eu l'occasion d'échanger avec un jeune homme, tout jute sorti de prison. "Tu as fait quoi comme bêtise ?", l'interroge le chef de l'Etat. "Un petit braquage", répond le jeune homme, en marcel."Il ne faut pas rester comme ça et ne pas refaire des bêtises, lance le chef de l'Etat, alors que la discussion se poursuit sous l'œil des caméras à l'intérieur d'un apartement. Les braquages, c’est fini. Tu me l’as dit. N’oublie pas. Ta mère, elle mérite mieux que ça." 

"La France ne mérite pas cela"

Mais la séquence n'est pas le seul moment de cette rencontre a avoir été remarqué. Une photographie du jeune ex-détenu en compagnie d'Emmanuel Macron et d'un autre jeune a été très partagée sur Twitter par une partie de la droite et l'extrême droite, dimanche soir. 

Sur celle-ci, on peut voir le second jeune, torse nu et pantalon taille basse, faire un doigt d'honneur face à l'objectif alors qu'il pose à côté du président. C'est la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, qui tweete en premier le cliché, en l'accompagnant du message suivant : "On ne trouve même plus de mots pour exprimer notre indignation. La France ne mérite certainement pas cela. C'est impardonnable !" La photo est relayée dans la foulée par Steeve Briois, maire RN d'Hénin-Baumont (Pas-de-Calais), Louis Alliot, député RN des Pyrénées-Orientales, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, mais aussi Valérie Boyer, députée Les Républicains des Bouches-du-Rhônes.

Un cliché non retouché

Un témoin qui a assisté à la scène a pu confirmer l'authenticité de cette photo à franceinfo. Le jeune homme, dont l'identité lui était inconnue, semblait être un proche de l'ancien braqueur. "C'est lui qui nous a ouvert la porte de l'appartement." Le cliché a été pris par "une jeune femme" avant la séquence où Emmanuel Macron réprimande l'ancien détenu, assure aussi ce témoin.

Interrogé sur ce cliché durant la conférence de presse qu'il a donné quelques heures plus tard, Emmanuel Macron a assuré qu'il "faut arrêter de penser qu'une certaine jeunesse, parce qu'elle a fait des bêtises, il n'y a rien à en tirer, c'est l'inverse". "Ce jeune (...) quelques minutes après on était en bas des immeubles, une mère m'a demandé d'embrasser sa fille handicapée. Je n'avais pas le temps, j'ai demandé aux deux jeunes de la chercher, et ils l'ont portée."

Vous êtes à nouveau en ligne