Climat : des ouragans de plus en plus violents

FRANCE 2

Ouragans, cyclones, typhons... ces phénomènes météorologiques dangereux semblent ravager de plus en plus la surface de la Terre. Sont-ils devenus plus nombreux ou simplement plus puissants ? Éléments de réponse.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un gigantesque tourbillon de 800 km de diamètre s'est abattu sur les États-Unis et porte un nom : Florence, un ouragan dont les vents ont fait trembler la Caroline du Nord. Aux Philippines, au même moment, le typhon Mangkhut souffle tout sur son passage. Un an après Irma, qui avait dévasté l'île de Saint-Martin, les phénomènes s'enchaînent. Les cyclones sont-ils plus nombreux ? Un cyclone se forme lorsque la température de l'océan dépasse les 26 degrés sur au moins 50 mètres de profondeur. L'eau s'évapore : un air chaud et humide qui, au contact de l'atmosphère plus froid, créé un tourbillon de nuage. Lorsque celui-ci atteint la vitesse de 118 km/h, on parle d'ouragan ou de cyclone. Mais contrairement à ce que l'on pourrait croire, ils ne sont pas plus nombreux qu'avant, mais beaucoup plus violents.

Un danger pour l'Europe ?

"On craint des cyclones de plus en plus intenses, à mesure que le réchauffement se mettra en place", explique Jean Jouzel, climatologue. Une intensité à plusieurs niveaux : "au niveau des vitesses maximales de vent qui pourront augmenter jusqu'à 10 %, et au niveau des quantités de précipitations qui accompagnent ces cyclones qui pourraient elles augmenter jusqu'à 20 %". Alors pourquoi ces cyclones sont-ils plus puissants aujourd'hui ? Les experts climatiques pointent du doigt le réchauffement climatique. "Un système thermo-dynamique comme celui d'un cyclone, qui pompe de l'énergie, fonctionne mieux aux températures élevées", explique le chercheur Franck Roux. Les ouragans se forment traditionnellement dans les zones tropicales, sur la surface des océans. L'Europe est-elle menacée ? Pas par des cyclones, disent les observateurs, mais par des tempêtes plus dévastatrices. "Ce que l'on peut craindre pour le pourtour méditerrannéen, c'est l'accroissement des épisodes avec beaucoup de précipitations sur les régions cotières. Il y a un risque que leur intensité augmente", affirme Jean Jouzel. Chaque année, environ 80 cyclones se forment sur le globe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne