VIDEO. Dans le sud de la France, des tempêtes plus fréquentes et plus intenses, en lien avec le réchauffement climatique

Ces épisodes méditerranéens qui frappent presque chaque automne le sud de la France inquiètent les habitants, mais aussi Météo-France. Aujourd'hui, ses scientifiques l'affirment pour la première fois : l'augmentation de la fréquence et de la violence de ces phénomènes est bel et bien liée au réchauffement climatique.

En octobre 2020, leur histoire a bouleversé le pays : à Roquebillière (Alpes-Maritimes), un couple de retraités a été emporté dans sa maison par une crue de la Vésubie d'une puissance exceptionnelle. Neuf corps ont été retrouvés les jours suivants, neuf autres personnes portées disparues.

Dans le Var, le village de Biot faisait partie des communes les plus touchées par l'épisode méditerranéen qui a frappé de plein fouet la côte d'Azur en octobre 2015, et au cours duquel 20 personnes ont perdu la vie. Cet habitant qui témoigne dans "Complément d'enquête" a subi cinq inondations en vingt ans, dont deux en 2019, et il est très inquiet pour l'avenir : "Avant, ces inondations avaient lieu tous les cinq ans, maintenant, c'est tous les deux ans, voire tous les ans."

Des phénomènes dont l'intensité a augmenté de 20% depuis les années 60

Le ciel méditerranéen est-il réellement plus dangereux qu'avant ? Pour la première fois, les scientifiques de Météo-France l'affirment : le climat de la région a bel et bien changé. "Les événements méditerranéens les plus intenses (par exemple au-dessus de 200 mm de précipitations en 24 heures) sont devenus deux fois plus fréquents aujourd'hui que dans les années 60", explique le chercheur Samuel Somot dans cet extrait d'un reportage à voir le 21 janvier 2021. La fréquence, mais aussi l'intensité de ces phénomènes est en augmentation : "de l'ordre de +20% depuis les années 60".

Une augmentation "liée au réchauffement de la région (...), un peu plus de 1 degré aujourd'hui"

Deux fois plus de tempêtes qu'avant, et des épisodes plus intenses, plus dangereux. Dont le lien avec le réchauffement climatique ne fait plus de doute pour le chercheur de Météo-France : "Ça, on est capable de le lier au réchauffement de la région, qui est de l'ordre de 1 degré, un peu plus de 1 degré aujourd'hui."

L'explication scientifique est simple : "Une atmosphère plus chaude peut contenir plus d'humidité, c'est-à-dire plus d'eau, sous forme de vapeur. Quand les conditions météorologiques sont adéquates pour qu'il pleuve fort, pour qu'il y ait des orages intenses, alors il pleut plus fort, parce que l'atmosphère contient plus d'humidité qui peut se condenser, faire des nuages plus gros, et des pluies plus intenses."

Extrait de "Inondations : zones rouges et verts de rage", un reportage à voir dans "Complément d'enquête" le 21 janvier 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne