VIDEO. Le super-typhon Goni touche durement Les Philippines

BRUT

Des maisons détruites, 2 millions de personnes affectées, au moins 11 morts… C'est le bilan encore provisoire de la situation aux Philippines, après le passage du super-typhon Goni.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Funeste bilan aux Philippines. Deux millions de personnes ont été affectées par le super-typhon Goni et 11 morts sont pour le moment à déplorer. "Le niveau de l'eau est monté soudainement, nous ne pouvions rien faire. Nous avons seulement pu sauver ce que nous avions sur nous. Tout a été inondé par les eaux venues de la montagne. C'est la première fois que cela nous arrive", témoigne John Salva, un habitant de Batangas.

Des milliers de familles affectées

Le super typhon, aussi appelé "Rolly" sur place, a traversé le pays d'est en ouest, entraînant des pluies torrentielles et des vents à plus de 280 kilomètres par heure. Par conséquent, des centaines de communes sont privées d'eau et d'électricité et près de 400 000 familles sont affectées par le typhon. "Deux provinces de la région de Bicol, Catanduanes et Albay sont probablement les plus sévèrement touchées. D'après des informations non-officielles, il y a des dégâts considérables dans l'agriculture, de nombreuses maisons ont été détruites. Ce sont les principaux dommages, en plus des routes et des ponts détruits", raporte Ricardo Jalad, le directeur exécutif du Conseil national de réduction et de gestion des risques de catastrophes.

Le plus violent typhon de 2020

Dans plusieurs villes de Catanduanes, 80 à 90 % des maisons seraient détruites. Les Philippines sont particulièrement exposées aux cyclones tropicaux : elles en subissent en moyenne 22 chaque année. Goni est le plus important que le pays ait eu à affronter en 2020 comme en témoigne une habitante :  "Avant, je n'étais pas stressée quand il y avait une inondation parce que j'y suis habituée. Mais cette fois... Non, on n'a jamais connu une inondation comme celle-ci."

Vous êtes à nouveau en ligne