VIDEO. "Il y a eu un coup de foudre" : un jeune Breton raconte son tour du monde en voilier… avec une poule

Guirec Soudée a parcouru 84 000 km en cinq ans avec sa poule, Monique.

Un tour du monde en solitaire ? Pas vraiment. Guirec Soudée, Breton de 27 ans, est parti en voyage sur son voilier... avec sa poule. "Monique n'a vraiment pas le mal de mer. Elle a même la patte très marine : elle a grandi à bord d'Yvinec à faire le tour du monde et a traversé quelques océans. Il y a eu un coup de foudre", commente-t-il auprès de franceinfo, après avoir parcouru quelque 84 000 km à travers le globe. Une aventure qu'il raconte dans le livre Le Monde selon Guirec et Monique (Ed. Flammarion), paru le 10 avril.

Son périple l'a mené notamment dans les glaces de l'Arctique. "Les conditions météo étaient très compliquées. Les tempêtes qui s'enchaînent, la banquise qui ne voulait pas s'installer, les moments où l'on s'est retrouvés poussés sur la côte avec le bateau. Une autre fois, on est restés 30 jours pris dans la banquise, raconte celui qui n'avait que très peu d'expérience de navigation. On savait que ça allait être compliqué. Mais si on avait su une seule seconde que ça allait se passer comme ça, honnêtement, on n'y serait jamais allés."

"Donner envie aux gens de partir à l'aventure"

Depuis son bateau, Guirec Soudée observe aussi le réchauffement climatique. Il raconte cette anecdote, cette fois dans l'océan austral. "A un moment, on repère sur notre radar, qui nous sert logiquement à nous repérer pour voir s'il n'y a pas un bateau ou la côte, une grosse onde se dessiner sur notre écran. Là, je me dis, ce n'est pas normal, je regarde sur mes cartes. Il n'y avait rien d'indiqué. Je me dis : Qu'est-ce que ça peut être ? C'était un bout de l'Antarctique qui s'est décroché du continent et qui dérivait. Un bout qui faisait deux fois et demi la taille de Paris", se remémore-t-il.

Une fois de retour sur terre, le jeune Breton est resté proche de sa fidèle alliée, Monique. De quoi trouver l'inspiration pour écrire son livre. "Pour nous, c'était important de partager tout ce qu'on a vécu et puis surtout de donner envie aux gens de partir à l'aventure", conclut-il.

Vous êtes à nouveau en ligne