VIDEO. En Guyane, un paysan prône l'agroforesterie, un modèle agricole écologique et innovant

BRUT

Allier des techniques agricoles modernes et des savoirs ancestraux amérindiens. C'est ce que fait Franck Nénesse, un paysan en Amazonie guyanaise. Brut l'a rencontré.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Le paysan ne doit pas exploiter le sol mais doit travailler avec le sol." Plus qu'un simple souhait, ces mots constituent une règle d'or pour le paysan Franck Nénesse. Ce dernier a choisi un modèle agricole écologique et innovant : l'agroforesterie. Le concept est d'associer des arbres et des plantes pour optimiser la productivité. Cette approche augmente la capacité d'un milieu à absorber et conserver du carbone, ce pourquoi elle prend un intérêt supplémentaire dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Par ailleurs, certaines plantes sauvages comme le bois canon vont apporter du phosphore et du phosphate. Aussi, des arbres, comme l'aeweko, peuvent fixer l'azote de l'air, la restituer au sol et ainsi permettre aux plantes de se développer. Grâce à l'agroforesterie, Franck Nénesse n'utilise plus de compléments phytosanitaires. "Il y a une sorte de coopération entre les végétaux", explique-t-il.

Un panel de savoirs ancestraux amérindiens

En plus de ces techniques d'agroforesterie, Franck Nénesse utilise des savoirs ancestraux amérindiens sur son "abattis", une zone "coupée, qui va être transformée en parcelle agricole."

Il sait exactement ce que telle ou telle plante peut apporter. Par exemple, Franck sait qu'à tel endroit de son abatti, le sol est "bourré de charbon". Résultat ? L'avocatier qui s'y trouve a poussé à une vitesse vertigineuse en seulement deux ans. À l'inverse, un sol gorgé de produits chimiques va "devenir tout pâle". "Il n'y a aucun micro-organisme qui y vit", regrette Franck Nénesse.

C'est quand même extraordinaire ce que la nature peut apporter, quoi. Extraordinaire.

Franck Nénesse

à Brut.

En Guyane, 80 % des produits vendus sont importés et Franck souhaite revaloriser des produits locaux. Il a ainsi cofondé le Réseau des savoirs de la forêt afin de multiplier ce genre d'initiatives. "C'est quand même extraordinaire ce que la nature peut apporter, quoi. Extraordinaire. Je suis presque ému en disant ça parce qu'on n'est rien par rapport à ça", concède Franck Nénesse.

Vous êtes à nouveau en ligne