VIDEO. Climat : "Je suis surpris qu'il y ait encore un débat politique", dit un spécialiste des glaces polaires de la Nasa

Pour un glaciologue de l’opération IceBridge, menée depuis 2008 au-dessus des pôles par la Nasa, le changement climatique ne prête plus à discussion. En 2018, Donald Trump a nommé à la tête de l’agence spatiale américaine un non-scientifique connu pour ses déclarations climatosceptiques... Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 2 juin 2019.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

En 2008, la Nasa a initié l’opération IceBridge : une mission scientifique aéroportée qui a pour but de survoler chaque année les régions polaires afin de cartographier l’évolution de la banquise et des calottes glaciaires. A bord d’un vieux DC-8 italien sauvé de la casse, des spécialistes surveillent l’évolution des glaces aux deux bouts du monde : le pôle Sud et le pôle Nord. Ce jour-là, l’équipe est en mission au-dessus de l’Antarctique, presqu’en rase-motte : "Si les pilotes veulent descendre jusqu’à 150 mètres pour rester sous les nuages, ça nous va", demande l’un de ses membres.

"On dirait presque un cimetière d’icebergs…" observe une autre spécialiste des glaces polaires depuis son hublot… En avril 2018, le président des Etats-Unis Donald Trump a nommé Jim Bridenstine, 43 ans, à la tête de l’agence gouvernementale en charge de la majeure partie du programme spatial de son pays. Cet homme politique républicain non scientifique est connu pour ses déclarations climatosceptiques. S’il est finalement revenu sur ses propos, l’intention politique du président qui a succédé à Barack Obama à la Maison-Blanche en janvier 2017 étaient assez claires.

"On a tout fait pour prouver au monde ce qui est en train de se passer"

"En fait, je suis surpris qu’il y ait encore un débat politique, alors que nous, les scientifiques, on est tous d’accord. Il n’y a plus de discussion. On sait que le climat est en train de changer, que les hommes ont une responsabilité énorme dans les changements que nous observons aujourd’hui. Et des gens exploitent ce sujet pour en faire un débat politique, mais il n’y a pas de débat. C’est là, c’est en train de se produire. C’est fatiguant, c’est sûr. Parce que nous, les scientifiques, on a tout fait pour prouver au monde ce qui est en train de se passer", explique l’un des glaciologues qui sait de quoi il parle…

Ces scientifiques embarqués sur cet avion bourré d’instruments pour analyser l’état des deux bouts du monde mènent une des dernières campagnes de l’opération IceBridge. Dès 2020, la surveillance de l’Arctique, au nord, et de l’Antarctique, au sud, sera réalisée depuis l’espace par un satellite. Il aura la charge de sonder les glaces et d’analyser la topographie ainsi que ce balancement des nuages qui n’en finit pas de changer aux deux pôles…

Extrait du magazine "13h15 le dimanche" (replay) du 2 juin 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne