Tempête Carmen : "Limiter au maximum les déplacements pour toute la journée du 1er janvier"

L\'île de Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique), balayée par la tempête Carmen, le 31 décembre 2017.
L'île de Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique), balayée par la tempête Carmen, le 31 décembre 2017. (MAXPPP)

"Nous sommes fin prêts et nous attendons Carmen de pied ferme", a affirmé sur franceinfo dimanche le préfet de la Vendée, Benoît Brocart, alors que le département est déjà traversé de "vents relativement forts", avec des "vagues très prononcées" sur le littoral. 

Après Ana et Bruno en décembre, une nouvelle tempête, Carmen, devrait traverser la France d'ouest en est lundi 1er janvier, menaçant en particulier le littoral atlantique, selon Météo France. Benoît Brocart, préfet de la Vendée, a adressé un message de prévention sur franceinfo dimanche 31 décembre. 

franceinfo : De quelle manière anticipez-vous l'arrivée de Carmen ?

Benoît Brocart : Carmen va représenter un double risque à compter de lundi matin, avec un risque de vents très violents qui vont dépasser 100 km/h sur le littoral et dans l'intérieur des terres, et un risque de vagues-submersion sur le littoral. (...) Face aux vents violents, la consigne (...) est vraiment de limiter au maximum les déplacements à partir de lundi matin et pour toute la journée du 1er janvier. Pour les gens obligés de prendre la route, il faut être particulièrement vigilants, limiter sa vitesse et éviter encore plus sur le littoral l'accès aux digues et les routes littorales. Pour l'instant, il n'y a pas de coupures envisagées : on ne couperait la liaison entre le continent et l'île d'Yeu que si la houle empêchait les manœuvres de sortie et d'approche du port, la houle en mer n'étant pas le problème majeur.

C'est le Nouvel An, avec des gens un peu plus alcoolisés que d'habitude qui peuvent tenter de s'offrir un bain de minuit ou un bain du 1er janvier. Allez-vous interdire ce type de manifestations ?

Nous sommes en lien avec les autorités municipales des communes du littoral, à qui nous avons déjà demandé de limiter au maximum ces baignades du Nouvel An. Plusieurs communes du département de Vendée ont d'ores et déjà très sagement reporté ces initiatives, par ailleurs très sympathiques. Je compte sur l'autodiscipline. C’est en particulier le cas des Sables-d'Olonne. En fonction des prévisions qui s'affinent, les autres communes vont prendre des décisions tout aussi sages et chacun, au plan individuel, saura ce qu'il a à faire.

Vous avez déjà connu en Vendée les tempêtes Ana et Bruno, voici la troisième, Carmen. Quelles leçons de la gestion des tempêtes précédentes avez-vous tiré ?

L'hiver en Vendée, c'est la saison des tempêtes : ce sont des phénomènes spectaculaires mais habituels. D'un épisode sur l'autre, ils nous conduisent à améliorer, consolider les conditions de prévisions des phénomènes et à renforcer les conditions de transmission de l'alerte et de mobilisation des services publics, ce qui me permet de dire que pour ce soir nous sommes fin prêts et nous attendons Carmen de pied ferme pour lundi matin. (...) Pour l'instant, il y a des vents qui sont relativement forts entre 50, 60, 70 km/h et des vagues déjà très prononcées sur le littoral mais rien d'exceptionnel. Le phénomène va être vraiment renforcé à partir de lundi matin en termes de vitesse de vent et en termes de houle et de choc (...) autour de la marée haute de demain après-midi.