Manifestation écolo à Paris : ouverture d'une enquête préliminaire confiée à l'IGPN

FRANCE 3

La police des polices a été saisie après l'intervention controversée des forces de l'ordre vendredi 28 juin sur le pont Sully, à Paris. Décryptage d'images qui ont fait polémique.

Les images ont fait la Une des médias et tournent en boucle sur les réseaux sociaux. Face à un groupe non violent de militants écologistes à Paris vendredi 28 juin, les CRS n'ont pas hésité à faire usage de gazeuses, utilisées sans ménagement. "C'était disproportionné dans le sens où on est un mouvement non-violent, qu'on était assis, qu'on avait les mains en l'air", affirme Marguerite, militante du groupe "Extinction Rebellion" présente vendredi.

Un usage disproportionné de la force ?

Pour les policiers, la procédure a été respectée, car la manifestation n'était pas autorisée. Les gazeuses sont les moins puissantes de leur arsenal. "Il n'y a pas d'actions violentes, il n'y a pas de coups portés" selon un porte-parole du syndicat Alliance police nationale. Le collectif "Extinction Rebellion" à l'origine de cette manifestation est un mouvement pacifique qui s'inspire notamment de Greenpeace
Le parquet de Paris annonce l'ouverture d'une enquête préliminaire confiée à l'IGPN.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne