VRAI OU FAKE Le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les nuages ? Le scientifique à l'origine de cette étude vous explique tout

Tapio Schneider, principal auteur d'une étude alarmante sur les conséquences d'une disparition des nuages, revient sur ses recherches pour franceinfo.

Vous avez forcément déjà vu des stratocumulus dans le ciel. Selon une étude publiée lundi 25 février, le réchauffement climatique pourrait, s'il dépassait un certain seuil, faire disparaître ces nuages de basse altitude. "Ce sont les nuages les plus fréquents, [qui] forment essentiellement une couverture blanche au-dessus de la Terre", explique à franceinfo Tapio Schneider, climatologue à l'institut américain Caltech et principal auteur de l'étude. La nouvelle a fait le tour des médias : les nuages sont "en danger", a écrit franceinfo, le HuffPost met en garde contre des conséquences "dramatiques", Le Parisien parle même d'un "scénario catastrophe".

Est-il temps de paniquer ? Tapio Schneider l'affirme, la disparition des stratocumulus aurait d'importantes conséquences. "Comme ils sont blancs, ils reflètent beaucoup des rayons du Soleil de la Terre vers l’espace. Ils abritent la surface de la Terre et la refroidissent. Ils constituent un important régulateur de la température de l’air", détaille-t-il.

Si ces nuages disparaissent, il y aura une hausse du réchauffement climatique, quelque chose comme 7 ou 8 °C de plus, qui s’ajoutent au réchauffement climatique déjà en cours à cause de la hausse de concentration des gaz à effet de serre.

Tapio Schneider, climatologue

à franceinfo

Pas de panique pour autant, tempère Tapio Schneider. Le scientifique juge peu probable un tel scénario dans l'immédiat. "Cela arriverait sous des concentrations de CO2, de gaz à effet de serre très importantes. Des concentrations qu’on ne devrait pas atteindre de sitôt." Le chercheur souligne toutefois qu'étudier la réaction de ces nuages au réchauffement climatique est primordial. "Etant donné qu’ils jouent un rôle majeur sur la température de la planète, qu’ils provoquent de très importantes réactions – des réactions qu’on ne connaît pas complètement –, il nous faut mieux comprendre ces processus."

Mieux comprendre les climats du passé

Autre intérêt de ces recherches : résoudre un mystère de longue date entourant l'Eocène. Selon les modélisations climatiques utilisées jusqu'à présent, les niveaux de CO2 auraient dû s'élever à plus de 4 000 ppm pour expliquer les températures de cette période préhistorique, quand des échantillons géologiques font état de concentration 25 à 50% moins élevées.

>> On vous raconte le plus violent réchauffement climatique que notre planète ait connu... jusqu'à aujourd'hui

Ce niveau de 1 000 à 2 000 ppm correspond précisément, selon cette nouvelle étude, à celui où les nuages disparaîtraient, faisant grimper le mercure jusqu'à 8 °C supplémentaires. "Un pic de chaleur causé par la perte de la couverture nuageuse basse pourrait expliquer l'apparition du climat très chaud de l'Eocène", explique ainsi Tapio Schneider.

Vous êtes à nouveau en ligne