Intempéries à Montpellier : un jour d'après difficile pour les professionnels

Après la paralysie due à la neige dans l'Hérault, la ville de Montpellier doit faire face aux conséquences des intempéries. De nombreux professionnels ne peuvent que constater les dégâts.

Les armatures de ces tunnels agricoles n'ont pas résisté au poids de la neige. Plus de 60% de l'espace couvert est endommagé et pour ces horticulteurs, c'est une course contre la montre qui démarre pour sauver les fleurs. Un coup dur juste avant le printemps, où les ventes sont les plus importantes.

"Il y a déjà plus de 15 000 € de plans et de terreaux", regrette Sandrine Valdeyron, horticultrice. "C'est déjà dur l'horticulture et là, en l'espace de deux jours, on perd tout". Sans assurance, elle est tentée de jeter l'éponge.

Des structures inadaptées pour supporter autant de neige

Côté mer, même cause, même effet. À la Grande Motte, un restaurateur qui a repris une affaire il y a moins de deux mois, ne peut qu'assister, impuissant, à l'étendue des dégâts. "À la Grande Motte, les structures ne sont pas du tout prévues pour supporter autant de neige. Une demi-heure après avoir terminé notre service du midi, tout s'est écroulé", explique-t-il.

"Nous avons besoin que les assurances jouent le jeu et que nous soyons classés 'catastrophe naturelle'. Ce n'est pas qu'un seul établissement qui est concerné", tranche Jacques Mestre, président de l'Union des métiers et industries de l'hôtellerie. Alors que la saison est censée redémarrer, plusieurs restaurateurs sont dans l'incapacité de rouvrir.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne