Inde : la foudre tue au moins 147 personnes en 10 jours, les autorités craignent un lien avec le dérèglement climatique

Des éclairs dans le ciel de Calcutta, dans l\'Etat indien du Bengale-Occidental, voisin de celui de Bihar, le 6 avril 2019.
Des éclairs dans le ciel de Calcutta, dans l'Etat indien du Bengale-Occidental, voisin de celui de Bihar, le 6 avril 2019. (INDRANIL ADITYA / NURPHOTO)

La hausse des températures, conjuguée à l'humidité, favorise la foudre selon un expert en agrométéorologie.

En Inde, la foudre tue régulièrement, mais le récent bilan est encore plus inquiétant. Les autorités de l'Etat de Bihar, dans le nord-est du pays, ont annoncé dimanche 5 juillet que des éclairs avaient tué au moins 147 personnes en dix jours, et 215 personnes depuis mars. Et expliquent que cette recrudescence pourrait avoir un lien avec le dérèglement climatique.

Les éclairs meurtriers, qui frappent souvent des agriculteurs, sont assez fréquents en Inde pendant la mousson, qui dure de juin à septembre. En 2018, à l'échelle du pays entier, la foudre a ainsi tué plus de 2 300 personnes selon les statistiques officielles.

Le bilan annuel habituel déjà dépassé

Mais les autorités de Bihar indiquent que le nombre de morts de la foudre dans cet Etat dépasse déjà le bilan annuel des années précédentes, alors que la saison des moussons vient de commencer.

"J'ai été informé par des météorologues, scientifiques et responsables que la hausse des températures due au changement climatique est la principale cause de la multiplication des éclairs", a déclaré à l'AFP le ministre des Situations d'urgence de l'Etat de Bihar, Lakshmeshwar Rai.

Interrogé par l'AFP, un spécialiste en agrométéorologie, Abdus Satar, explique que la foudre et le tonnerre sont provoqués par une instabilité de grande envergure, nourrie par une hausse des températures et un taux d'humidité trop important.

Vous êtes à nouveau en ligne