Filtres à microfibres plastiques dans les lave-linge : "C'est un challenge technique et un challenge pour les consommateurs", selon une association de fabricants

La loi anti-gaspillage qui entrera en vigueur d\'ici 2025 imposera des filtre sur les lave-linges pour éviter que les microfibres ne se retrouvent dans les océans.
La loi anti-gaspillage qui entrera en vigueur d'ici 2025 imposera des filtre sur les lave-linges pour éviter que les microfibres ne se retrouvent dans les océans. (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)

La loi anti-gaspillage qui entrera en vigueur d'ici 2025 imposera des filtres sur les lave-linge pour retenir les microfibres et éviter que ces déchets plastiques ne se retrouvent dans les océans. Mais ces filtres constituent un défi technique selon les industriels.

L'installation de filtres à microfibres plastiques dans les lave-linges est "un challenge technique et un challenge pour les consommateurs", a expliqué sur franceinfo Camille Beurdeley, déléguée générale du GIFAM, le groupement interprofessionnel des fabricants d'électroménager. Elle rencontrait ce lundi Brune Poirson, la secrétaire d'État à la Transition écologique, pour évoquer cette mesure destinée à lutter contre la pollution des océans. Mesure qui figure dans la loi anti-gaspillage promulguée la semaine dernière et qui entrera en vigueur d'ici 2025.

"Ne pas créer plus de dysfonctionnements que de solutions"

"On en est au tout début des travaux et de ces réflexions", affirme Camille Beurdeley, qui évoque plusieurs "prototypes qui sont déjà testés". "Ça peut être des filtres qui sont directement incorporés dans les lave-linge, ça peut être des filtres qui sont sous forme de consommables, lavables, déportés, on pense aussi à des sacs de lavage", explique la représentante des fabricants d'électroménager. Elle rappelle qu'en France "trois millions de lave-linge sont vendus chaque année, donc 5 ans [avant l'entrée en vigueur de la loi], c'est un véritable challenge parce que les délais d'innovation sont assez longs dans l'industrie."

D'après Camille Beurdeley, les fabricants se posent "toute une série de questions", pour faire attention à ne pas "créer plus de dysfonctionnements que de solutions en tant que tel, il ne faut surtout pas que ces filtres obstruent les lave-linge. Tout cela, c'est ce qu'il faut absolument relever et surtout il ne faudrait pas qu'on arrive à créer plus de pannes."

Des filtres à renvoyer au fabricant pour qu'ils soient traités ?

"C'est aussi un challenge pour les consommateurs", juge la déléguée générale. "Si ce sont des filtres qu'il faut rincer, il ne faut évidemment pas qu'ils le rincent sous le robinet, parce que on revient à la case départ. Ça peut aussi être des filtres qui sont sous forme de consommable. Ça veut dire qu'il faut les acheter, les renouveler, les renvoyer le cas échéant pour qu'ils soient traités. Tout cela nécessite que le consommateur s'investisse et accepte ces nouvelles contraintes", conclut-elle.

Vous êtes à nouveau en ligne