Enneigement par hélicoptère : "Nous devons édicter un code de bonne conduite"

Deux hommes réceptionnent la neige apportée par un hélicoptère pour réenneiger un téléski dans la station pyrénéenne de Luchon-Superbagnères, le 15 février 2020.
Deux hommes réceptionnent la neige apportée par un hélicoptère pour réenneiger un téléski dans la station pyrénéenne de Luchon-Superbagnères, le 15 février 2020. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Charles-Ange Ginésy, président de l'association des maires des stations de montagne, apporte son soutien au maire de la station de Luchon-Superbagnères, pointé du doigt pour avoir utilisé un hélicoptère pour enneiger un téléski.

De la neige a été acheminée en hélicoptère à la station de Luchon-Superbagnères, dans les Pyrénées vendredi et samedi dernier. Un choix condamné par la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne qui a convoqué jeudi 20 février le président du conseil départemental de Haute-Garonne. "Nous devons édicter un code de bonne conduite", a convenu sur franceinfo Charles-Ange Ginésy, président de la station Valberg (Alpes-Maritimes) et président de l’association nationale des maires des stations de montagne. Il faut, selon lui, "rester sur des enneigements très limités".

franceinfo : Est-ce que vous soutenez votre collègue ?

Charles-Ange Ginésy : Oui, bien sûr, même si la règle ne peut pas être le transport de neige par hélicoptère. Il faut considérer que c'est une exception. Nous avons une année exceptionnellement chaude sur le plan de la climatologie. 

Le manque de neige peut sévir, il faut sauver des emplois, la pérennité d'une activité, mais pour autant il ne faut pas s'embarquer à enneiger une piste entière ou un téléski dans sa totalité.Charles-Ange Ginésy, président de l’association nationale des maires des stations de montagneà franceinfo

Là, il s'agit d'un petit téléski avec uniquement l'enneigement de la remontée mécanique. Je regrette sincèrement que ce sujet se soit enflammé sur un ton de polémique. Il faut apaiser un peu les esprits. Je vais demander à mon conseil d'administration de se réunir rapidement et nous allons fixer des règles. À partir du moment où nous restons sur des enneigements ponctuels et limités, la chose doit être possible.

Quelles règles envisagez-vous ?

Il faut rester sur des enneigements très limités, là où il y a une usure mécanique forte par le passage des skieurs en grande quantité ou par un ensoleillement excessif ou dans une année marquée par un réchauffement.

C'est au niveau de l'association des maires de montagnes que la règle doit être établie. Charles-Ange Ginésyà franceinfo

Nous devons édicter un code de bonne conduite. Les maires des stations de montagne sont des gens responsables qui organisent leurs stations avec l'idée de protéger l'environnement.

Les records de chaleur se répètent année après année. N'est-ce pas un combat vain ?

Les maires, en tant que responsables, engagent des procédures qui sont nécessaires sur la reconversion de leurs activités. Nous sommes sur une polyvalence de nos activités hiver et été. Ce que l'on investit en hiver doit pouvoir servir l'été et vice versa. Lorsque que l'on fait une retenue collinaire pour faire de l'enneigement de production, on y fait des activités d'été et qui permettent en cas de manque de neige de pouvoir donner satisfaction. On a une évolution là-dessus. Aujourd'hui, 30% des gens qui viennent chez nous viennent pour profiter de la nature.

Vous êtes à nouveau en ligne