Emmanuel Macron dans le massif du Mont Blanc : "C'est une bonne chose", il pourra se rendre compte "de visu que la Mer de Glace a perdu 120 mètres en 30 ans"

La mer de glace au-dessus de Chamonix (Haute-Savoie), le 6 août 2019.
La mer de glace au-dessus de Chamonix (Haute-Savoie), le 6 août 2019. (JUSTINE LECLERCQ / FRANCE-INFO)

Georges Unia, du Syndicat national des guides de montagne, attend du concret de la venue du chef de l'État dans le massif du Mont Blanc.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La venue d'Emmanuel Macron dans la soirée du mercredi 12 février dans le massif du Mont Blanc est "une bonne chose", a réagi, mercredi sur franceinfo, Georges Unia, responsable de la commission environnement-climat au Syndicat national des guides de montagne (SNGM). Le président de la République "va pouvoir se rendre compte, non pas dans un bureau en lisant des dossiers, mais de visu, que la Mer de Glace a perdu 120 mètres en 30 ans, c’est-à-dire que l'on perd quatre mètres de glace par an", souligne Georges Unia. 

Un déplacement symbolique

"Le Mont Blanc est un grand symbole. Protéger un symbole est quelque chose de très important qui va dans le bon sens et est très attendu à la fois des guides et des environnementalistes, explique le guide. C'est tout l'intérêt de déplacement du chef de l'État."

La situation est terrible. Je pense que la prise de conscience du président et des ministres va être très importante.Georges Unia, SNGMà franceinfo

La mission des guides de montagne, "ce n'est plus simplement celui qui vient devant, continue Georges Unia. On devient des passeurs, des lanceurs d'alerte. On devient des gens qui essaient de faire prendre conscience de la beauté du monde et de notre responsabilité par rapport à cet environnement."

"Un bon signe"

Le responsable de la commission environnement-climat au SNGM pointe aussi la gestion des activités de montagne. "Il y a encore des équipements qui ont encore du sens en altitude, explique Georges Unia, et il y a des équipements, en-dessous de certaines altitudes, où la neige manque déjà et va manquer encore... Là, il ne faut pas essayer d'aller dans le mur. Il faut être raisonnable. Il faut être responsable."

Il attend donc du concret de la venue du chef de l'État dans le massif du Mont Blanc : "J'espère qu'il va pérenniser la protection du massif, peut-être élargir les contrainte liées à l'irresponsabilité de certaines pratiques." Il attend également "des prises de position sur la pollution dans la vallée de l'Arve", une des zones les plus polluées de France, "avec les camions, les usines".

Georges Unia espère "des décisions". Même s'il n'y a pas d'annonces faites par Emmanuel Macron lors de ce déplacement, il estime que "c'est un bon signe que le président et ses ministres viennent dans la vallée et se rendent compte de la difficulté des gens de cette vallée à vivre dans des conditions qui sont des plus en plus difficiles".

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne