Voir la vidéo

De grandes quantités de CO2 contenues dans les tourbières du bassin du Congo

Une découverte « vitale pour le climat » selon Matt Daggett, responsable chez Green Peace

La forêt équatoriale congolaise est la seconde plus grande forêt tropicale du monde. Elle est connue pour sa biodiversité animale et végétale. Mais la découverte d’énormes stocks de CO2 contenus dans ses sols inquiète.

Les tourbières du bassin du Congo, le sol sur lequel pousse la forêt équatoriale, contiennent en effet près de 30 milliards de tonnes de CO2.

C’est ce que l’humanité produit en trois ans.

Simon Lewis, expert scientifique de l'université de Leeds, a cartographié l’immense superficie de ce stock de carbone : « Nous avons une carte des tourbières du Congo central que nous avons publiée pour la première fois cette année. Elle montre qu’elles couvrent environ 145 000 km2, une zone un peu plus grande que l’Angleterre. ».

Un danger pour les populations locales

Matt Daggett, reponsable "projet forêt" chez Green Peace, s’inquiète de la déforestation grandissante du Congo : « Si nous voulons respecter les engagements de l’accord de Paris, nous avons vraiment besoin que les tourbières continuent de retenir le carbone en dehors de l’atmosphère. Donc attention aux constructions de routes, au développement de l’agriculture dans la zone, pour maintenir ces stocks de carbone. ».

En effet, la déforestation pourrait entrainer le relâchement du gaz dans l’atmosphère.

Ces quantités de carbone sont tellement importantes que leur rejet suffirait à lui-seul à compromettre les accords de Paris.

À l'occasion de la COP 23, le gouvernement congolais demande l’aide internationale pour préserver cette forêt.

En plus de stocker une large quantité de CO2, elle permet aux communautés locales de survivre. Malheureusement, son exploitation prive les habitants de sa faune et de sa flore. Une habitante témoigne : « Maintenant, il n y a plus rien qu’on puisse attendre de la forêt, parce que plusieurs personnes exploitent nos forêts et nous-mêmes nous mourrons de faim. ».

plus