COP21 : la Chine accepte un mécanisme permanent de contrôle

FRANCE 2

Pékin donne son accord à François Hollande pour un accord ambitieux sur les émissions de gaz à effet de serre ce lundi 2 novembre. Un pas en avant important. Étienne Leenhardt fait le point.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Sur la planète, la Chine est le plus gros pollueur, au moins 25% de la totalité des émissions de gaz a effet de serre. "À elle seule, la Chine pollue comme deux fois l'ensemble des pays de l'Union européenne", note Étienne Leenhardt sur le plateau de France 2.

La pollution est devenue un problème national majeur : 4 000 décès chaque jour seraient liés à la pollution. Pour le journaliste de France 2, il y a clairement eu une prise de conscience. "La Chine a déjà pris des engagements extrêmement forts. Elle a fixé à l'année 2030 le pic de ses émissions de CO2. Ce qui veut dire que d'ici 15 ans, peut-être même avant, le niveau de ces émissions doit commencé à baisser et en 2030, 20% de l'énergie qu'elle consomme devra être propre", ajoute-t-il.

Tous les cinq ans

Le mouvement est en réalité déjà amorcé. Ce qui est incroyable ce lundi, c'est que la Chine a accepté ce qu'elle avait toujours refusé, à savoir un mécanisme permanent de contrôle est accepté. Ses engagements pour limiter la pollution seront donc passés au crible tous les cinq ans. La France espère que la Chine entraînera tous les autres pays dans son sillage.

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne