CARTES. Inondations, incendies, niveau de la mer... L'Agence européenne de l'environnement alerte sur le réchauffement climatique

Cartes publiées par l\'Agence européenne pour l\'environnement.
Cartes publiées par l'Agence européenne pour l'environnement. (AGENCE EUROPEENNE POUR L'ENVIRONNEMENT)

Sur ces cartes, on constate par exemple que plusieurs régions françaises pourraient se retrouver sous l'eau, que les feux de forêts risquent de devenir plus fréquents et que la sécheresse devrait concerner encore plus de territoires.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Quelles régions seront le plus touchées par l'évolution du climat ? Fréquence des incendies, intensité des inondations, hausse du niveau de la mer... L'Agence européenne de l'environnement (EEA) publie lundi 10 février une série de cartes inédites basées sur les différents scénarios du réchauffement climatique d’ici la fin du siècle. Si de gros efforts sont réalisés sur le plan environnemental ou, à l'inverse, si rien n'est fait.

Ce que dit l'EEA, c’est que d’ici à 2100, la fréquence, la durée, la gravité des événements météorologiques va augmenter. Les pluies diluviennes, les incendies, les inondations vont faire partie d'une réalité quasi quotidienne. Même en cas de limitation du réchauffement. Deux types de projections ont été réalisés. L’une pour le scénario des accords de Paris. Un réchauffement limité à moins de 2°C, quasiment impossible à atteindre vue la trajectoire aujourd’hui des grand pays émetteurs. L’autre scénario table sur un réchauffement à plus de 4°C. Quoi qu’il en soit les conséquences sont préoccupantes. L’agence souligne l’importance dès aujourd’hui de s’adapter avec des ouvrages et des réglementations pour faire face.

Niveau de la mer : une hausse de 0,2 à 1 m selon les scénarios

Comparez les deux scénarios avec le "slider". Hausse projetée du niveau relatif de la mer d'ici la fin du 21e siècle pour deux scénarios d'émissions, par rapport à la période 1981-2010. À gauche, dans le cas d'un scénario à faibles émissions ; à droite, dans le cas d'un scénario à émissions élevées. La nuance la plus claire indique une hausse du niveau de la mer de 0,2 à 0,4 m. La nuance intermédiaire de 0,4 m à 0,6 m. Et la plus foncée indique une hausse de 0,6 m à 1 m. Si ce contenu ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.

L'ensemble des régions côtières européennes ont déjà constaté une hausse du niveau de la mer. Cela menace les écosystèmes, les ressources en eau, les infrastructures, les habitations et les vies humaines.

Le taux d'élévation du niveau moyen de la mer au cours du 21e siècle sera très probablement plus élevé que pendant la période 1971-2015, selon les études du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec). Selon les experts, l'élévation du niveau de la mer au 21e siècle sera de l'ordre de 30 à 60 centimètres en moyenne, dans le scénario où nous réussissons à contenir les émissions de gaz à effets de serre (carte de gauche). Mais si les efforts ne sont pas à la hauteur, cette hausse sera comprise entre 60 centimètre et 1,1 mètre (carte de droite). Cependant, des valeurs sensiblement plus élevées ne peuvent être exclues : plusieurs études récentes évoquent une hausse allant jusqu'à 2,5 mètres.

L'Agence européenne de l'environnement montre également les régions situées entre 1 et 6 mètres au-dessus du niveau actuel de la mer, et les habitants qui seraient directement concernés par une montée des eaux. 11 millions d'Européens vivent à 1 mètres du niveau de la mer, 12,9 millions à 2 mètres. Et ils sont 20,3 dans des zones à 6 mètres. sont  En l’absence de toute protection côtière, ces zones seraient inondées de façon permanente au cours des siècles à venir (si le niveau de la mer augmente du niveau prévu). Des inondations côtières temporaires de ces zones exposées pourraient se produire beaucoup plus tôt, en raison des effets combinés de l'élévation du niveau moyen de la mer, des vagues et des tempêtes.

Zones habitées du littoral de la Manche et de la mer du Nord situées entre 1 et 6 mètres au-dessus du niveau actuel de la mer. En bleu clair : 1 m. En bleu fonce : 6 m.
Zones habitées du littoral de la Manche et de la mer du Nord situées entre 1 et 6 mètres au-dessus du niveau actuel de la mer. En bleu clair : 1 m. En bleu fonce : 6 m. (AGENCE EUROPEENNE POUR L'ENVIRONNEMENT)

Zones habitées du littoral français situées entre 1 et 6 mètres au-dessus du niveau actuel de la mer. A gauche : Atlantique. En haut, à droite : Manche. En bas : Méditerranée. En bleu clair : 1 m. En bleu fonce : 6 m.
Zones habitées du littoral français situées entre 1 et 6 mètres au-dessus du niveau actuel de la mer. A gauche : Atlantique. En haut, à droite : Manche. En bas : Méditerranée. En bleu clair : 1 m. En bleu fonce : 6 m. (AGENCE EUROPEENNE POUR L'ENVIRONNEMENT)

Plusieurs régions sont particulièrement en danger en Europe :

• les côtes du sud et de l'ouest et de la France
les côtes de la Belgique, des Pays-Bas et du nord-ouest de l'Allemagne
la plupart des régions côtières du Danemark et du sud de la Suède
l'Italie du nord-est, y compris la région de Venise

Plusieurs régions ou pays ont déjà mis en place des mesures pour protéger la population de ces inondations côtières. Les Pays-Bas, par exemple, ont mis en place des mesures comme l'amélioration des digues, des barrages et des dunes et la régénération des plages.

Sécheresse : des épisodes graves et plus fréquents

Comparez les deux scénarios. Fréquence des sécheresses pour deux scénarios d'émissions (période 2041-2070, par rapport à 1981-2010). À gauche, dans le cas d'un scénario d'émissions moyennes ; à droite, dans le cas d'un scénario à fortes émissions. Les nuances indiquent l'évolution du nombre d'épisodes de sécheresse par périodes de 30 ans (le blanc indique un nombre inchangé d'épisodes, la nuance la plus foncée indique un accroissement supérieur à 2,5 du nombre d'épisodes). Si ce contenu ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.

La France notamment connaît de fortes sécheresses, dans de nombreuses régions depuis plusieurs années. Dans notre pays comme dans le reste du sud de l'Europe, ces sécheresses graves devraient devenir plus fréquentes. Ce nombre devrait également augmenter en Europe centrale et occidentale. À noter, ces épisodes de sécheresse devraient en revanche diminuer dans certaines régions limitées du nord de l'Europe.

Incendies de forêt : le sud de l'Europe particulièrement concerné

Comparez les deux scénarios. Risque d'incendie de forêt lié à la météo à la fin du 21e siècle pour deux scénarios d'émissions, par rapport à la période 1981-2010. À gauche, le scénario à faibles émissions, à droite, celui à émissions élevées. Les nuances indiquent en bleu une baisse jsuqu'à 30% de l'indice de risque et en rouge foncé une hausse de plus 40%. Si ce contenu ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.

Ces dernières années déjà, de grands incendies de forêt ont touché plusieurs régions du nord et de l'ouest de l'Europe, où les incendies n'étaient pas répandus par le passé. La Suède, par exemple, a connu en 2018 la pire saison des incendies depuis que rapports sont réalisés.

Des incendies encore plus violents, une expansion des territoires sujets aux incendies ainsi que les saisons des incendies plus longues sont prévus dans la plupart des régions d'Europe, en particulier pour un scénario à fortes émissions.

Cette augmentation du risque d'incendies devrait être particulièrement importante dans le centre-ouest de l'Europe, mais le danger absolu d'incendie demeure le plus élevé dans le sud de l'Europe, indique l'Agence européenne de l'environnement. Les scientifiques affirment que des mesures d'adaptation et une meilleure prévention des incendies peuvent avoir un rôle efficace.

Fortes pluies : l'Europe centrale et orientale menacée en hiver

Comparez les deux saisons, été et hiver. Changements prévus de l'ampleur des fortes pluies au cours de la période 2071-2100, par rapport à 1971-2000, dans le cas d'un scénario à émissions élevées. À gauche, en été ; à droite, en hiver. Les nuances indiquent en pourcentage l'évolution du nombre d'épisodes de fortes pluies. En orange foncé, une baisse de 25% et en-deçà ; en blanc, une évolution comprise entre -5% et +5% ; en vert, une évolution comprise entre 5% et 25% ; en bleu clair, entre 25% et 35% et en bleu foncé, au-delà de 35%. Si ce contenu ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.

Le changement climatique devrait entraîner une augmentation de l'intensité des pluies dans la plupart des régions d'Europe, ce qui augmenterait le risque d'inondations soudaines, affirme l'Agence européenne de l'environnement.

On peut constater sur cette carte l'évolution des fortes pluies en hiver et en été au cours de la période 2071-2100, par rapport au climat actuel (1971-2000), sur la base d'un scénario d'émissions élevées. Les augmentations les plus importantes (jusqu'à 35%), concernent l'Europe centrale et orientale. L'Europe du sud, de son côté, pourrait voir des augmentations de fortes pluies allant jusqu'à 25%.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne