Canicule : un signe du réchauffement climatique ?

FRANCE 3

La canicule touche une grande partie de l'hémisphère nord, de la Scandinavie à la Californie. Ce phénomène avait été prévu dès les années 70 par les météorologues.

La chaleur assèche les végétaux et la chaleur alimente les brasiers. C'est le cycle infernal des canicules. En Californie, les pompiers se battent contre 17 feux de grandes envergures, qui ont déjà dévoré 26 000 hectares et fait 9 victimes.

"À partir de 2050, l'été moyen sera aussi chaud que la canicule de 2003"

L'Europe n'est pas non plus épargnée. En Grèce, la station balnéaire de Mati a été ravagée par les flammes. En Suède, le feu est monté jusqu'en Laponie, au-dessus du cercle polaire. Cet été, presque tout l'hémisphère nord est en proie à des chaleurs inhabituelles. "Dans les années 70, on avait prédit que le climat allait se réchauffer", explique Frédéric Hourdin, directeur de recherche au CNRS Institut Pierre-Simon Laplace. "À partir de 2050, l'été moyen sera aussi chaud que la canicule de 2003. Les canicules seront, elles, encore plus chaude", prévient-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne