Trains ralentis, crèches fermées, piscines gratuites... Les conséquences de la canicule pour votre quotidien

A Paris, seuls les véhicules avec des vignettes en dessous de 3 peuvent circuler jeudi 25 juillet.
A Paris, seuls les véhicules avec des vignettes en dessous de 3 peuvent circuler jeudi 25 juillet. (DAVID BETZINGER / HANS LUCAS / AFP)

Jeudi, 20 départements sont toujours placés en alerte rouge et 60 en vigilance orange à la canicule. De quoi bouleverser le quotidien de nombreux Français.

Les fortes températures vont bouleverser votre quotidien. Jeudi 25 juillet, 20 départements sont toujours placés en alerte rouge à cause de la canicule et 60 autres sont en vigilance orange. Une première en France depuis le début de la mise en place de ces alertes, en 2004. Et c'est toute une partie de la société qui doit s'adapter. Franceinfo fait le tour des principales conséquences dans les transports, les écoles ou encore au travail.

>> DIRECT. Suivez la journée la plus chaude de cet épisode de canicule

Des trains ralentis (voire supprimés)

La SNCF invite ses clients... à éviter de prendre le train. La compagnie ferroviaire demande aux voyageurs de reporter ou annuler leurs déplacements prévus jeudi, jour de pic de canicule, vers ou depuis les 20 départements placés en vigilance rouge par Météo France. La SNCF s'engage à échanger (avant le départ du train) ou rembourser sans frais (jusqu'à lundi inclus) les billets des TGV et Intercités circulant jusqu'à jeudi soir. Pour savoir si votre train circule, renseignez-vous sur le site de la SNCF dédié à son trafic.

Et pour ceux qui doivent tout de même prendre le train, il faudra s'armer de patience. Les fortes températures peuvent amener les rails à se dilater, et donc les voies à se déformer, ce qui oblige à limiter la vitesse des trains sur certains tronçons. Les caténaires, câbles assurant l'alimentation électrique des trains, ont également tendance à se dilater. Certains trains pourraient même être supprimés, notamment dans les Hauts-de-France, indique France 3.

Dans la région Ile-de-France, dont tous les départements sont en alerte rouge, l'autorité régionale des transports Ile-de-France Mobilités (IDFM) a aussi appelé les Franciliens à "limiter leurs déplacements dans la mesure du possible".

Circulation différenciée et vitesse limitée

Coup de frein sur les déplacements en voiture. Plusieurs grandes villes ont mis en place, dès mercredi 24 juillet, la circulation différenciée. C'est le cas à Paris, "dans le cadre de la lutte contre la pollution et au vu des fortes chaleurs". Seuls les véhicules équipés d'une vignette Crit'Air de 0 à 2 seront autorisés à circuler de 5h30 du matin à minuit. A Strasbourg, Lyon, Villeurbanne et Caluire, seuls les véhicules jusqu'à la vignette 3 sont autorisés à rouler. La préfecture du Nord a également instauré la circulation différenciée dans 12 communes de l'agglomération lilloise pour jeudi.

Et ce n'est pas les seules restrictions concernant les voitures. Plusieurs départements ont aussi décidé de réduire les vitesses de circulation. C'est le cas dans l'Oise, où la vitesse est limitée à 110 km/h sur les portions d'autoroute normalement limitées à 130 km/h et à 90 km/h sur les portions d'autoroute et de route normalement limitées à 110 km/h. Ces limitations s'accompagnent d'une baisse des vitesses à 80 km/h pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes.

Des crèches fermées et des sorties annulées

L'accueil des enfants va être limité ce jeudi. Des consignes vont être diffusées aux crèches, aux centres de loisirs et aux organismes accueillant des séjours de vacances pour annuler les sorties, les activités sportives et les événements festifs dans les départements en vigilance rouge. Certains établissements peuvent même être amenés à fermer si la température dans leurs locaux est trop élevée. C'est le cas notamment à Tours, indique France Bleu.

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse, Gabriel Attal, a rappelé aussi quelques conseils pour les activités avec les mineurs : éviter les expositions prolongées au soleil, prévoir des activités adaptées dans des lieux climatisés ou plus frais, adapter les horaires et lieux de sorties et interdire les efforts intenses ou les activités sportives.

Des horaires de travail aménagés

En pleine canicule, les conditions de travail se détériorent pour de nombreux salariés. Mais des aménagements sont (parfois) possibles. "Le gouvernement invite tous les employeurs et les salariés à limiter au maximum les déplacements professionnels et à privilégier autant que possible le télétravail", a indiqué la ministre des Transports Elisabeth Borne, rappelant que "dans les transports, les Français peuvent être particulièrement exposés aux pics de chaleur".

Certaines préfectures ont aussi fait des rappels précis aux employeurs, comme dans le Pas-de-Calais, où celle-ci demande "de limiter l'exposition des salariés aux températures les plus fortes de la journée", "de reporter les tâches pénibles, en particulier dans le secteur du bâtiment et des travaux public" et enfin "de faciliter le recours au télétravail".

Mais ces conseils ne sont pas toujours applicables. "On est obligés de travailler, il n'y a pas de solution", a expliqué Patrick Liébus, le président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb). "C'est la période où on a des chantiers à faire. (...) On a pris des engagements, il faut qu'on les respecte." Et de rappeler que les salariés disposent d'un droit de retrait : "Quand il fait trop chaud, ils ont le droit de dire qu'ils arrêtent de travailler."

Des piscines et des musées gratuits

La canicule peut aussi avoir du bon pour certaines activités ! La mairie de Marseille a annoncé la gratuité des piscines et des musées jusqu'à la fin de l'épisode de chaleur dimanche. "Les Marseillais pourront ainsi passer quelques heures au frais et souffrir le moins possible de la canicule", a indiqué la ville dans un communiqué. A Grenoble, le musée de la ville et le Muséum ouvrent aussi gratuitement leurs portes.

Vous êtes à nouveau en ligne