Île-de-France : les bouchons en hausse malgré la mise en place de la circulation différenciée

Le périphérique parisien a été très encombré (illustration).
Le périphérique parisien a été très encombré (illustration). (?TATIF/WOSTOK PRESS / MAXPPP)

Seuls les véhicules électriques ou avec des vignettes Crit'Air 1 et 2 sont autorisés à rouler ce mercredi.

Un trafic très chargé, malgré la mise en place de la circulation différenciée. Mercredi 26 juin à 8 heures, le cumul de ralentissement s'élevait à 375 kilomètres en Île-de-France, alors qu'il est en moyenne de 300 kilomètres pour un 26 juin.

Les ralentissements ont été très importants, notamment dans le périmètre de l'A86, indique le PC Mobilité de Radio France. À 11 heures, il y avait encore 140 kilomètres de bouchons, contre 75 en moyenne à la même époque de l'année.

Plus d'un million de voitures doivent en théorie rester au garage

Une augmentation des ralentissements étonnante, puisqu'en théorie seuls les véhicules disposant de vignettes Crit'Air 1 et 2, ainsi que les véhicules électriques, ont le droit de rouler dans Paris intra-muros et en petite couronne, avec la mise en place de la circulation différenciée.

En Île-de-France, plus d'un million de véhicules immatriculés et ayant une vignette ont une vignette Crit'Air 3 (sur cinq millions de véhicules immatriculés ayant une vignette). Théoriquement, ils ne doivent donc pas circuler. À cela s'ajoutent les 410 000 véhicules ayant une vignette Crit'Air 4 et 5.

Vous êtes à nouveau en ligne