Canicule : voici à quoi il faut s'attendre pour les sept prochains jours

Une femme cherche un peu de fraîcheur dans la fontaine du Trocadéro à Paris, le 28 juin 2019.
Une femme cherche un peu de fraîcheur dans la fontaine du Trocadéro à Paris, le 28 juin 2019. (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)

La France va de nouveau connaître, à partir du lundi 22 juillet, des températures extrêmes. Mais cet épisode devrait être plus bref que celui de juin.

Canicule, épisode 2. Après les chaleurs extrêmes de la fin juin, la France va de nouveau connaître des températures élevées pendant plusieurs jours. Cette répétition d'épisodes caniculaires n'est pas "tout à fait rare", analyse pour franceinfo le prévisionniste de Météo France Jérôme Lecou, qui cite les années 1994, 2003, 2015 et 2017 et leurs trois vagues de chaleur d'au moins quatre jours. Ce dernier invite toutefois les Français à la vigilance, car le phénomène pourrait durer plusieurs jours et concerner davantage de départements que le mois dernier. Voici ce à quoi il faut s'attendre.

Samedi et dimanche : l'air chaud arrive

Les températures seront estivales, samedi 20 juillet, mais le temps sera assez orageux. Dans la matinée, la foudre va frapper de la Normandie au Nord et du Sud-Ouest au Massif Central, avant de gagner dans l'après-midi la région Grand-Est et la Franche-Comté. "Nous aurons des températures entre 25 et 33 °C sur la moitié nord et entre 23 et 30 °C. Elles seront donc agréables mais sans excès", explique à franceinfo Jérôme Lecou. La situation devrait commencer à évoluer dimanche. De l'air chaud venu de la péninsule ibérique va franchir la frontière et les orages vont se raréfier et se limiter aux reliefs des Pyrénées et du Massif Central.

Lundi : début des très fortes chaleurs

La journée de lundi va marquer le début d'une séquence très chaude avec des températures très élevées dans l'après-midi. "Nous allons franchir largement 30 °C dans le nord de la France et 35 °C dans le Sud, précise Jérôme Lecou. Comme l'air vient de la péninsule ibérique, les températures les plus chaudes seront relevées dans le Sud-Ouest." Dès le début de la semaine, des pointes à 36 ou 38 °C pourraient être observées dans cette région.

Mardi et mercredi : la canicule à son plus fort

L'air chaud aura envahi tout le pays et des températures de 35 à 40 °C seront relevées dans une large partie du pays. Il n'y aura pas beaucoup d'endroits pour trouver un peu de répit, hormis la partie ouest de la Bretagne avec des températures autour de 25 à 26 °C, alors qu'il pourrait faire 35 à 36 °C à Rennes.

Il y aura des pointes à 41°C, mais nous n'atteindrons pas les records absolus de températures connues le mois dernier dans le Gard ou l'Hérault.Jérôme Lecouà franceinfo

"Les valeurs seront moins intenses mais le phénomène sera plus généralisé qu'au mois de juin", où une partie des Hauts-de-France et les bords de Manche étaient restés préservés. Cette fois, les fortes chaleurs vont se répartir du Sud-Ouest au bassin parisien et de la vallée du Rhône au Centre en passant par le Nord-Ouest. Des températures de 37 à 40 °C sont notamment prévues dans le Centre et le bassin parisien. Il y aura peu d'évolution durant ces quelques jours, avec une tendance stationnaire.

Jeudi et vendredi : une baisse encore incertaine

Et ensuite ? Les prévisionnistes étudient actuellement plusieurs options, grâce notamment à des analyses de l'atmosphère renouvélées toutes les six heures. "Pour le moment, le scénario envisagé est celui d'une baisse des températures d'ici à la fin de la semaine prochaine, poursuit Jérôme Lecou. Nous pourrions peut-être avoir des orages et un air un peu plus frais qui entrerait par l'ouest jeudi, avec de nouveau des orages et une baisse des températures vendredi, avance Jérôme Lecou. Mais il faut être prudent car nous sommes à huit ou neuf jours."

Alors que ces derniers jours, les modèles annonçaient une arrivée d'air frais océanique jeudi ou vendredi, les dernières prévisions semblent en effet dessiner une autre dynamique. La canicule pourrait bien continuer de faire transpirer les Français jeudi et peut-être même vendredi. "On ne va pas atteindre les mêmes records de températures que le mois dernier mais il ne faut absolument pas minimiser cette canicule, avertit Jérôme Lecou. Notamment si des températures de 38 ou 39 °C s'éternisent pendant trois ou quatre jours."

Vous êtes à nouveau en ligne