Canicule : pourquoi l'humidité est votre pire ennemie durant cette vague de chaleur

Soixante-dix-huit départements sont désormais en vigilance orange canicule, selon la carte émise le 26 juin 2019 par Météo France.
Soixante-dix-huit départements sont désormais en vigilance orange canicule, selon la carte émise le 26 juin 2019 par Météo France. (MAXPPP)

Les fortes températures enregistrées depuis le début de la semaine s'accompagnent d'un autre danger, l'humidité.

C'est l'une des principales différences avec 2003. Il y a seize ans, la canicule enregistrée durant la première semaine du mois d'août était caractérisée par des températures élevées, mais une chaleur sèche. Depuis le lundi 24 juin, la hausse du mercure "s'accompagne d'un très fort taux d'humidité", ce qui augmente la "chaleur ressentie", a souligné la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, mais aussi le risque sanitaire. A Paris, un taux d'humidité de 80% est attendu pour la fin de semaine, rappelait France 2 dimanche. 

Le taux d'humidité, ou hygrométrie, se mesure grâce à l'indice Humidex, qui vient du Canada et "qui prend en compte la température et l'humidité relative de l'air ambiant", explique le prévisionniste de Météo France Sébastien Léas à franceinfo. "Il donne un indicateur d'inconfort du corps. Ce n'est pas une température, c'est un indicateur", ajoute-t-il. Ce ressenti peut être différent selon les personnes, mais les effets sur le corps sont les mêmes.

L'augmentation des températures et de l'humidité durant l'été pourrait atteindre des niveaux excédant la capacité de l'organisme humain à survivre sans protection.Des chercheurs du MIT et de l’université Loyola Marymount à Los AngelesDans la revue "Science Advances", 2017

Concrètement, "plus l'humidité est importante, plus la chaleur est difficile à supporter, parce que le corps a du mal à transpirer, donc à se refroidir naturellement", éclaire la journaliste météo de France 3 Virginie Hilssone. Lorsque la chaleur est sèche, l'organisme régule sa température grâce à la transpiration. La sueur s'évacue par les pores de la peau et permet au corps de rester à la bonne température, soit 37 °C.

En revanche, quand la chaleur est humide, l'air est déjà chargé en eau, l'organisme ne se régule plus aussi bien, la transpiration a du mal à s'évaporer, la température interne augmente et l'inconfort devient "maximal", détaille Pascal Scaviner, responsable du service prévisions à La Chaîne Météo, dans 20 Minutes. "Cette canicule arrive tôt dans l'été, à un moment où les sols sont encore humides, note Sébastien Léas. Cette chaleur va accentuer l'évaporation et va davantage solliciter les organismes que si on avait une vague de chaleur équivalente, mais plus sèche, par exemple début août."

Vous êtes à nouveau en ligne