VRAI OU FAKE Canicule : le record mondial de température s'élève-t-il à 54°C ?

Une pharmacie du 11e arrondissement de Paris indique 43 degrés, le 25 juillet 2019.
Une pharmacie du 11e arrondissement de Paris indique 43 degrés, le 25 juillet 2019. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Un chercheur finnois affirme que les 53°C relevés jeudi dans plusieurs stations météorologiques du golfe Persique sont "assez proches" des records de chaleur sur Terre, qu'il estime à 54°C. Pourtant, c'est la température la plus élevée jamais enregistrée est de 56,7 degrés, établie en 1913 dans la vallée de la Mort, en Californie.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

A couvert ! Avec 13 départements en vigilance orange canicule et des températures pouvant atteindre 40°C, la France métropolitaine a subi une importante vague de chaleur vendredi 31 juillet. Et ce climat, "il va falloir s'y habituer", a prévenu sur franceinfo Robert Vautard. Pour le directeur de l'Institut Pierre-Simon Laplace, spécialisé dans les sciences de l'environnement, "toute la planète est concernée par les températures extrêmes. Dans la région du golfe Persique, c'est probablement là où les températures sont les plus fortes et seront les plus fortes dans le futur." 

Cette région a justement intéressé Mika Rantanen, de l'université de Helsinki (Finlande). Le chercheur en météorologie a publié, jeudi, une carte des températures au nord-ouest de la mer Rouge. 

On peut y voir 53°C à Bassorah (Irak), 52°C à l'aéroport international de Koweït, 50°C dans la capitale irakienne, Bagdad. Pour Mika Rantanen, ces températures "incroyables" sont "assez proches des maximums absolus de températures" jamais observés sur Terre. Dans un autre tweet*, le Finnois affirme même que "selon plusieurs sources, 54°C est la température la plus haute" mesurée officiellement sur la planète. Est-ce vrai ? Franceinfo a sorti le thermomètre et vous en dit plus. 

La vallée de la Mort porte bien son nom

D'où viennent ces relevés de températures ? Contacté par franceinfo, le chercheur Mika Rantenen indique les avoir extraits d'Ogimet*, un site internet développé par le météorologiste espagnol Guillermo Ballester Valor et qui affirme* compiler les données des stations météorologiques terrestres recueillies par l'agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA).

Des données bel et bien authentiques : d'autres sites Internet spécialisés* exposent en détail les mêmes données* pour la station irakienne de l'aéroport de Bassorah*. Au total, selon l'Organisation météorologique mondiale* (OMM), plus de 11 000 stations météorologiques terrestres transmettent des relevés climatiques que vient compléter un réseau de ballons-sonde envoyés en haute altitude, de navires ou encore de satellites d'observation.

Mais la planète a-t-elle déjà subi des pics de chaleur supérieurs à 53°C ? La réponse est oui, selon l'OMM*. Pour l'agence onusienne, la température la plus haute jamais enregistrée est de 56,7°C. Celle-ci a été relevée le 10 juillet 1913 dans la vallée de la Mort en Californie (Etats-Unis). Une station météo y avait été établie deux ans plus tôt, dans le ranch de Greenland, aujourd'hui connu (PDF*) sous le nom évocateur de Furnace Creek, "la crique de la fournaise".

Un record de 46°C en France métropolitaine

Cependant, "plusieurs historiens du climat remettent en question la précision" de ces anciens relevés de température, concède l'OMM*. C'est le cas de deux chercheurs américains, Christopher Burt et William T. Reid, pour qui la mesure de 1913 serait incohérente avec le climat d'alors de la région, rapportait en 2016 le Washington Post*.

En 2013*, l'OMM avait d'ailleurs elle-même invalidé le précédent record mondial établi le 13 septembre 1922 à El Azizia dans l'actuelle Libye. Le thermomètre aurait alors affiché 58°C. Mais pour l'organisation, le technicien, alors "nouveau et inexpérimenté", n'avait "pas été formé à l'utilisation" d'un thermomètre "de rechange inapproprié", ce qui pouvait conduire à des erreurs. "Environ sept degrés" (en trop) auraient été alors relevés.

Pour l'heure, le record de chaleur de la vallée de la Mort est officiellement talonné* par les 55°C enregistrés en 1931 à Kébili dans l'actuelle Tunisie, et plus récemment par le relevé de la station koweïtie de Mitribah (53,9°C le 21 juillet 2016) et celui de la ville pakistanaise de Turbat (53,7°C le 28 mai 2017). 

Si la France n'atteint pas ces chiffres effarants, elle aussi subit de plein fouet les conséquences du réchauffement climatique. Fin juin 2019, l'Hexagone a battu son record de chaleur dans la petite commune de Vérargues (aujourd'hui Entre-Vignes dans l'Hérault) : Météo France y a relevé 46°C, contre "seulement" 44,1°C en 2003. 

* Ces liens renvoient vers des pages en anglais.

Vous êtes à nouveau en ligne