Canicule : "Le bitume et le béton qui enrobent le sol et les murs des villes sont comme des radiateurs à inertie"

Il a fait jusqu\'à 40 degrés à Lille le 27 juillet 2018
Il a fait jusqu'à 40 degrés à Lille le 27 juillet 2018 (DENIS CHARLET / AFP)

Les températures ont atteint des niveaux records ces derniers jours en France et le ressenti en ville est accentué par les matériaux utilisés qui réfléchissent la chaleur pendant la journée.

25 départements français étaient placés en vigilance orange canicule vendredi 27 juillet au soir. Les températures ont atteint des records. À Paris, Lille et Lyon, le mercure a dépassé les 37 degrés.

Dans ces villes, les températures ressenties et réelles sont en général plus élevées qu’à la campagne et peuvent même devenir insoutenables. Pour Gérard Onesta, élu Europe Ecologie les Verts à la région Occitanie et architecte de formation, ce coup de chaud est notamment dû à un aménagement urbain mal pensé. "Le bitume et le béton qui enrobent le sol et les murs des villes sont comme des radiateurs à inertie. Pendant la journée ça réfléchit la chaleur"

Il (le béton) brûle pendant la journée et il accumule également la chaleur qu'il restitue pendant la nuit.Gérard Onesta, élu Europe Ecologie les Verts à la région Occitanie

Des murs épais pour se protéger de la chaleur

Mais il existe des solutions pour protéger sa maison de la chaleur selon Elian Latour de la Scop Eco-Azimut, un cabinet d’étude en architecture. "On le voit très bien dans des châteaux forts ou dans des églises qui ont des murs très épais en pierre. On ne sent presque pas les variations de température puisque les murs absorbent tout."

La nuit, quand la température chute, il faut essayer de ventiler au mieux son logementElian Latour de la Scop Eco-Azimut

Plus d'espaces verts et moins de voitures dans les villes

Pour résoudre ce problème, beaucoup de villes choisissent d'installer plus d'espaces verts. Pour Estelle Bourreau, architecte à Toulouse, c'est essentiel. "Il faut savoir aménager l'espace urbain en implantant plus d'aires végétalisées. Les voitures dans les villes augmentent l'effet de serre. Si on limite la place de la voiture dans les villes, on va tous y gagner dans le futur." 

On pourrait végétaliser beaucoup plus les espaces publics en ayant plus de parcs ou des toitures végétalisées. On pourrait aussi imaginer installer des potagers urbains sur les toits.Estelle Bourreau architecte

Pour donner l'exemple à Toulouse, la future grande tour Occitanie, qui sera construite derrière la gare, comportera des jardins suspendus qui s'enrouleront autour de ses 150 mètres de haut.

Vous êtes à nouveau en ligne