Canicule : l'impact sanitaire "semble modéré à ce stade", selon le ministère de la Santé

Le service des urgences de l\'hôpital de Compiègne, pendant l\'épisode de canicule du mois de juin 2019.
Le service des urgences de l'hôpital de Compiègne, pendant l'épisode de canicule du mois de juin 2019. (DOMINIQUE TOUCHART / MAXPPP)

Alors que la fin des vigilances canicule de Météo-France est attendue pour samedi, le ministère met fin à partir de "ce soir à minuit" à la diffusion de messages de prévention.

Pas de bilan chiffré, mais une première tendance. L'impact sanitaire de l'épisode de canicule de cette semaine "semble à ce stade modéré", a indiqué, vendredi 26 juillet, le ministère de la Santé, pointant toutefois "une nette augmentation du nombre de cas d'hyperthermies" (élévation locale ou générale de la température du corps au-dessus de la valeur normale) depuis mardi. Un bilan complet de cette vague de chaleur sera dressé "dans quelques semaines", a précisé dans un communiqué la Direction générale de la santé (DGS).

Alors que la fin des vigilances canicule de Météo-France est attendue pour samedi, le ministère met fin à partir de "ce soir à minuit" à la diffusion de messages de prévention dans les médias et suspend la plateforme téléphonique Canicule Info Service à 19 heures.

Mobilisation des personnels de santé maintenue

En revanche, la mobilisation des autorités sanitaires et des professionnels de santé est maintenue et la DGS recommande "de poursuivre encore quelques jours les actions de mobilisations locales" auprès des personnes isolées. En effet, "des complications peuvent encore survenir quelques jours après l'épisode. En particulier les personnes âgées, fragiles ou isolées ou celles souffrant de maladies chroniques et sous traitement peuvent avoir épuisé leurs capacités pour lutter contre la chaleur et décompenser une maladie chronique jusque-là bien équilibrée", explique la Direction générale de la santé.

Jeudi, jour du pic de l'épisode où 20 départements étaient placés en vigilance rouge, l'activité liée aux pathologies en lien avec la chaleur a représenté 1,6% du total des passages aux urgences et 3,3% de l'activité totale de SOS Médecins.

Vous êtes à nouveau en ligne