Mercantour : multiplication des attaques de loups

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

L.Delahousse: Il n'y a jamais eu autant d'attaques de loups dans le parc du Mercantour. C'est en tout cas ce que dénonce la Confédération paysanne. Sur l'alpage de Mounier, au coeur du parc du Mercantour, voici un berger confirmé. Mercredi, il a failli mourir, attaqué par une meute de 7 loups. Ses brebis affolées se sont jetées dans cette barre rocheuse. 50 m de vide. Au milieu du troupeau, il s'est sauvé in extremis. J'ai eu vraiment très peur. J'étais au-dessus, là-haut. Pour comprendre ce que j'ai vécu, j'étais accroché à ce mélèze. Depuis le début de l'année, 1700 brebis sont mortes dans les Alpes-Maritimes. Près de 5000 sur toute la France à cause des loups. Pour les éleveurs, c'est chaque fois le même déchirement, la même impuissance. A l'heure actuelle, on n'a aucun moyen de se défendre, surtout au coeur du parc où les loups sont plus protégés que l'être humain. Dans les alpages, pendant l'estive, les brebis sont plus une nourriture de choix pour le loup. Sur ce plateau, le berger a installé un piège photographique. Des les premiers jours de l'été, la menace était bien là. Ils viennent taper au filet, mais comme la personne est en place, on se met à crier ou à allumer le phare et ils font demi-tour. Si le troupeau était en couche libre, sans les filets, ce serait l'attaque assurée. Face à ce harcèlement des meutes de loups sur le troupeau, la réponse de l'Etat, c'est le coup de fusil. D'abord pour l'effaroucher, pousser le loup hors des limites du parc national et ensuite pour l'abattre. On appelle ça un tir de prélèvement. Mais le loup est rusé. On ne connaît pas le comportement de la bête. On ne sait pas les réactions qu'elle a à notre approche. Personnellement, je pense qu'elle se cache, elle nous laisse passer sans bouger. 24 loups peuvent être tués, seulement 8 ont pu être abattus au cours d'une opération comme celle-ci. Renforcer les battues est une des solutions préconisées par les pouvoirs publics. Cet homme a été rejoint par 2 agents du parc national sur son alpage. Il faut retrouver les carcasses de ces brebis mortes dans les pierres. Des 22 bêtes, il ne reste que des ossements. Les vautours ont mis les carcasses Une plume perdue est là pour en témoigner. Le garde du parc national fera un constat qui permettra une indemnisation. Il est là aussi pour soutenir le berger dans cette cohabitation compliquée avec le loup. C'est de la technique, mais aussi du soutien. C'est compliqué. C'est dur pour tout le monde. D'abord pour les bergers, et pour nous, quelquefois, ce n'est pas simple. L'homme doit se dépêcher de retrouver son troupeau. Et ce, sur l'autre versant. Cohabiter avec le loup, ça fait 20 ans qu'il y est confronté, sans solution vraiment efficace. Qu'il y ait une cohabitation possible, je dis bien possible, il faudrait que le loup comprenne que "mouton" égale "danger". Un voeu pieux. La population de loups augmente Ils sont présents dans 30 départements.

L.Delahousse: Il n'y a jamais eu autant d'attaques de loups dans le parc du Mercantour. C'est en tout cas ce que dénonce la Confédération paysanne.

Sur l'alpage de Mounier, au coeur du parc du Mercantour, voici un berger confirmé. Mercredi, il a failli mourir, attaqué par une meute de 7 loups. Ses brebis affolées se sont jetées dans cette barre rocheuse. 50 m de vide. Au milieu du troupeau, il s'est sauvé in extremis.

J'ai eu vraiment très peur. J'étais au-dessus, là-haut. Pour comprendre ce que j'ai vécu, j'étais accroché à ce mélèze.

Depuis le début de l'année, 1700 brebis sont mortes dans les Alpes-Maritimes. Près de 5000 sur toute la France à cause des loups. Pour les éleveurs, c'est chaque fois le même déchirement, la même impuissance.

A l'heure actuelle, on n'a aucun moyen de se défendre, surtout au coeur du parc où les loups sont plus protégés que l'être humain.

Dans les alpages, pendant l'estive, les brebis sont plus une nourriture de choix pour le loup. Sur ce plateau, le berger a installé un piège photographique. Des les premiers jours de l'été, la menace était bien là.

Ils viennent taper au filet, mais comme la personne est en place, on se met à crier ou à allumer le phare et ils font demi-tour. Si le troupeau était en couche libre, sans les filets, ce serait l'attaque assurée.

Face à ce harcèlement des meutes de loups sur le troupeau, la réponse de l'Etat, c'est le coup de fusil. D'abord pour l'effaroucher, pousser le loup hors des limites du parc national et ensuite pour l'abattre. On appelle ça un tir de prélèvement. Mais le loup est rusé.

On ne connaît pas le comportement de la bête. On ne sait pas les réactions qu'elle a à notre approche. Personnellement, je pense qu'elle se cache, elle nous laisse passer sans bouger.

24 loups peuvent être tués, seulement 8 ont pu être abattus au cours d'une opération comme celle-ci. Renforcer les battues est une des solutions préconisées par les pouvoirs publics. Cet homme a été rejoint par 2 agents du parc national sur son alpage. Il faut retrouver les carcasses de ces brebis mortes dans les pierres. Des 22 bêtes, il ne reste que des ossements. Les vautours ont mis les carcasses Une plume perdue est là pour en témoigner. Le garde du parc national fera un constat qui permettra une indemnisation. Il est là aussi pour soutenir le berger dans cette cohabitation compliquée avec le loup.

C'est de la technique, mais aussi du soutien. C'est compliqué. C'est dur pour tout le monde. D'abord pour les bergers, et pour nous, quelquefois, ce n'est pas simple.

L'homme doit se dépêcher de retrouver son troupeau. Et ce, sur l'autre versant. Cohabiter avec le loup, ça fait 20 ans qu'il y est confronté, sans solution vraiment efficace.

Qu'il y ait une cohabitation possible, je dis bien possible, il faudrait que le loup comprenne que "mouton" égale "danger".

Un voeu pieux. La population de loups augmente Ils sont présents dans 30 départements.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne