Crèche : nombreuses places manquantes

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Sera-t-il possible d'avoir plus de places en crèche pour nos enfants ? Il manquerait en France 350.000 places. Pour quelles raisons ? Enquête. Nous sommes à Avelin, près de Lille. 2.600 âmes et, depuis, peu, une nouvelle crèche de 30 berceaux, qui ont tout de suite trouvé preneur. Si on le met dans la section des grands, on dérangera pas trop. Le directeur a même été obligé d'ouvrir avant l'inauguration. Quand je suis arrivé ici le 15 juin, j'avais une liste d'attente d'une quinzaine de noms, 18 exactement, pour la ville d'Avelin. Une aubaine pour ces familles, mais trouver une place en crèche reste un casse-tête pour la plupart des parents. Avec 84 % de femmes qui travaillent en France, la moitié des familles n'obtiennent pas satisfaction. La première année je l'ai gardé. Ensuite, nounou. Et j'ai réussi à avoir une place à temps partiel, et les grands-mères qui alternaient. Je suis en congé parental car je ne peux pas payer une nounou et travailler. Il y a 350.000 places de crèches il en faudrait le double pour satisfaire la demande. Le problème : une place en crèche coûte cher. A Avelin, les communes se sont associées pour y arriver. Pour la commune, ça revient à 5.000 E par an pour un lit. Ça fait 5 ans que je travaille sur le sujet. Quand on voit les coûts en matière de fonctionnement, et pour la commune, on réfléchit plusieurs fois. A Boulogne-Billancourt, cette crèche a ouvert en octobre dernier. Je viens d'avoir une place. C'est surtout pour ma compagne qui avait arrêté de travailler. Je dépose le petit le matin, mon mari le récupère le soir. L'autre obstacle d'une municipalité pour ouvrir une crèche est de trouver le terrain. Parfois il n'y a plus de foncier comme en Ile-de-France ou Rhône-Alpes. Il n'y a plus de locaux municipaux parce qu'ils s'en servent déjà. Apres le local, il faut recruter. Le personnel qualifié manque. Cette entreprise privée s'est associée à une école de puéricultrices. Ici, on forme 40 auxiliaires, un métier difficile qui attire moins les vocations. On a une responsabilité envers les enfants. Vous connaissez votre salaire. Une moyenne de 1.200 euros nets. Pénurie de candidats, problème de locaux, une fois ces difficultés surmontées, le recours a des entreprises privées restent une alternative intéressante pour les communes. Neuf mois suffisent parfois à livrer une crèche clé en main contre plusieurs années pour une collectivité.

Sera-t-il possible d'avoir plus de places en crèche pour nos enfants ? Il manquerait en France 350.000 places. Pour quelles raisons ? Enquête.

Nous sommes à Avelin, près de Lille. 2.600 âmes et, depuis, peu, une nouvelle crèche de 30 berceaux, qui ont tout de suite trouvé preneur.

Si on le met dans la section des grands, on dérangera pas trop.

Le directeur a même été obligé d'ouvrir avant l'inauguration.

Quand je suis arrivé ici le 15 juin, j'avais une liste d'attente d'une quinzaine de noms, 18 exactement, pour la ville d'Avelin.

Une aubaine pour ces familles, mais trouver une place en crèche reste un casse-tête pour la plupart des parents. Avec 84 % de femmes qui travaillent en France, la moitié des familles n'obtiennent pas satisfaction.

La première année je l'ai gardé. Ensuite, nounou. Et j'ai réussi à avoir une place à temps partiel, et les grands-mères qui alternaient.

Je suis en congé parental car je ne peux pas payer une nounou et travailler.

Il y a 350.000 places de crèches il en faudrait le double pour satisfaire la demande. Le problème : une place en crèche coûte cher. A Avelin, les communes se sont associées pour y arriver.

Pour la commune, ça revient à 5.000 E par an pour un lit.

Ça fait 5 ans que je travaille sur le sujet. Quand on voit les coûts en matière de fonctionnement, et pour la commune, on réfléchit plusieurs fois.

A Boulogne-Billancourt, cette crèche a ouvert en octobre dernier.

Je viens d'avoir une place.

C'est surtout pour ma compagne qui avait arrêté de travailler.

Je dépose le petit le matin, mon mari le récupère le soir. L'autre obstacle d'une municipalité pour ouvrir une crèche est de trouver le terrain.

Parfois il n'y a plus de foncier comme en Ile-de-France ou Rhône-Alpes. Il n'y a plus de locaux municipaux parce qu'ils s'en servent déjà.

Apres le local, il faut recruter. Le personnel qualifié manque. Cette entreprise privée s'est associée à une école de puéricultrices. Ici, on forme 40 auxiliaires, un métier difficile qui attire moins les vocations.

On a une responsabilité envers les enfants.

Vous connaissez votre salaire.

Une moyenne de 1.200 euros nets.

Pénurie de candidats, problème de locaux, une fois ces difficultés surmontées, le recours a des entreprises privées restent une alternative intéressante pour les communes. Neuf mois suffisent parfois à livrer une crèche clé en main contre plusieurs années pour une collectivité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne