Champagne : début des vendanges

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Les vendanges débutent en Champagne. Les premières grappes ont été récoltées hier et pour les professionnels, c'est un soulagement. La cuvée 2014 s'annonce prometteuse. De quoi compenser les intempéries qui avaient endommagé la vigne ces trois dernières années. Voici le fruit de toutes les attentions, une grappe dense, particulièrement juteuse qui ne demande plus qu'à être cueillie. Par rapport à l'an dernier, ce sont de belles grappes. Il est très joli, pas pourri, c'est important. Quand le raisin est joli, le vin est meilleur. Dans les vignes, les fidèles ne sont encore qu'une poignée. Ici, toute une famille qui vient chaque année donner les premiers coups de sécateur. Il faut garder la taille pour l'année prochaine. La coupe, c'est tout un art. Un rythme plus soutenu que l'année dernière où la récolte, plus modeste, avait eu lieu sous la pluie. C'est pas pareil sous le beau temps. Il y a eu des années, 12 jours sous l'eau. Du pinot noir gorgé de soleil, à profusion. Dans quelques mois, le précieux nectar de ce raisin se transformera en champagne. Sur cette petite exploitation de 3,5 hectares, plus de 4 tonnes ramassées hier. Un goût inatendu pour ce producteur après un été particulièrement difficile. Beaucoup de pluie, des orages importants, faire les traitements en temps et en heure c'était dur. Voir des raisins si beaux que ça, c'est incroyable. Sitôt cueillis, sitôt pressés. La cuvée semble pour l'instant tenir ses promesses. On va goûter, laisser fermenter, on le dégustera après. On sait déjà que l'acidité est là mais pas en excès. C'est bien équilibré. 6 mois en cuve et plus d'un an en bouteille attendent encore ce précieux jus. Les bulles du millésime 2014 ne livreront leurs secrets. Chaque année à l'automne, il y a un grand rendez-vous, ce sont les foires aux vins. Est-ce que les consommateurs vont s'y ruer ?.

Les vendanges débutent en Champagne. Les premières grappes ont été récoltées hier et pour les professionnels, c'est un soulagement. La cuvée 2014 s'annonce prometteuse. De quoi compenser les intempéries qui avaient endommagé la vigne ces trois dernières années.

Voici le fruit de toutes les attentions, une grappe dense, particulièrement juteuse qui ne demande plus qu'à être cueillie.

Par rapport à l'an dernier, ce sont de belles grappes.

Il est très joli, pas pourri, c'est important. Quand le raisin est joli, le vin est meilleur.

Dans les vignes, les fidèles ne sont encore qu'une poignée. Ici, toute une famille qui vient chaque année donner les premiers coups de sécateur.

Il faut garder la taille pour l'année prochaine.

La coupe, c'est tout un art. Un rythme plus soutenu que l'année dernière où la récolte, plus modeste, avait eu lieu sous la pluie.

C'est pas pareil sous le beau temps. Il y a eu des années, 12 jours sous l'eau.

Du pinot noir gorgé de soleil, à profusion. Dans quelques mois, le précieux nectar de ce raisin se transformera en champagne. Sur cette petite exploitation de 3,5 hectares, plus de 4 tonnes ramassées hier. Un goût inatendu pour ce producteur après un été particulièrement difficile.

Beaucoup de pluie, des orages importants, faire les traitements en temps et en heure c'était dur. Voir des raisins si beaux que ça, c'est incroyable.

Sitôt cueillis, sitôt pressés. La cuvée semble pour l'instant tenir ses promesses.

On va goûter, laisser fermenter, on le dégustera après. On sait déjà que l'acidité est là mais pas en excès. C'est bien équilibré.

6 mois en cuve et plus d'un an en bouteille attendent encore ce précieux jus. Les bulles du millésime 2014 ne livreront leurs secrets.

Chaque année à l'automne, il y a un grand rendez-vous, ce sont les foires aux vins. Est-ce que les consommateurs vont s'y ruer ?.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne