La Redoute : plan de sauvetage

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

L'actualité économique, avec ce répit pour La Redoute. Le groupe propriétaire annonce qu'il a décidé de céder l'enseigne à la PDG et à l'un de ses bras droits qui avaient déposé une offre de reprise. Une offre considérée comme présentan le plus de garanties. Rappelons que l'entreprise emploie 2.500 personnes. François-Henri Pinault a choisi. Pour l'actuel proriétaire de La Redoute, c'est cette femme, Nathalie Balla, qui est la mieux placée pour reprendre l'enseigne. Elle est dirigeante du spécialiste de la vente par correspondance. En compétition avec trois autres repreneurs, sa connaissance de l'entreprise a fait la différence. Ce soir à Roubaix, à la sortie des bureaux de La Redoute, le choix semble rassurer les salariés. La réaction est plutôt positive car ils connaissent l'entreprise, ses bons côtés et ses faiblesses. Ça peut être une bonne chose, il y a beaucoup de chantiers à mener. Il faut remoderniser l'entreprise. Pour certains syndicats de l'enseigne, si ce choix est une bonne surprise, on attend désormais les garanties. Il faut qu'elle ammene des justificatifs des financements. Une fois qu'on aura l'ensemble des éléments, on sera à même de juger si ce business plan est cohérent. Des éléments qui devraient fixer les salariés de La Redoute sur leur avenir. Bon nombre craignent que la cession soit accompagnée d'un plan social. Si les négociations aboutissent entre la PDG de La Redoute et sa maison mère, la vente pourrait se faire dans les 6 premiers mois de l'année 2014.

L'actualité économique, avec ce répit pour La Redoute. Le groupe propriétaire annonce qu'il a décidé de céder l'enseigne à la PDG et à l'un de ses bras droits qui avaient déposé une offre de reprise. Une offre considérée comme présentan le plus de garanties. Rappelons que l'entreprise emploie 2.500 personnes.

François-Henri Pinault a choisi. Pour l'actuel proriétaire de La Redoute, c'est cette femme, Nathalie Balla, qui est la mieux placée pour reprendre l'enseigne. Elle est dirigeante du spécialiste de la vente par correspondance. En compétition avec trois autres repreneurs, sa connaissance de l'entreprise a fait la différence. Ce soir à Roubaix, à la sortie des bureaux de La Redoute, le choix semble rassurer les salariés.

La réaction est plutôt positive car ils connaissent l'entreprise, ses bons côtés et ses faiblesses.

Ça peut être une bonne chose, il y a beaucoup de chantiers à mener. Il faut remoderniser l'entreprise.

Pour certains syndicats de l'enseigne, si ce choix est une bonne surprise, on attend désormais les garanties.

Il faut qu'elle ammene des justificatifs des financements. Une fois qu'on aura l'ensemble des éléments, on sera à même de juger si ce business plan est cohérent.

Des éléments qui devraient fixer les salariés de La Redoute sur leur avenir. Bon nombre craignent que la cession soit accompagnée d'un plan social. Si les négociations aboutissent entre la PDG de La Redoute et sa maison mère, la vente pourrait se faire dans les 6 premiers mois de l'année 2014.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne