Journée du sommeil : l'hypersomnie, un phénomène méconnu

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Quand dormir devient une maladie. A l'occasion de la Journée du sommeil, notre dossier ce soir sur un mal peu connu : l'hypersomnie. Sentiment d'épuisement, nuit de sommeil à rallonge. Comment vit-on avec la fatigue vissée au corps. Les soirées de Yann Besmond sont réglées au millimètre. Lorsqu'il quitte son travail, il fait des courses et rentre. Bonne soirée. Bonne nuit plutôt. Ce graphiste de 23 ans a besoin de dormir 12 heures Près de 5 heures de plus que la moyenne des Français. Des 18H30, il est aux fourneaux car c'est bientôt l'heure de se coucher. Impossible de rester plus longtemps sur son ordinateur. Le lendemain, il risquerait de somnoler toute la journée. 3 ans que ça dure depuis la fin de ses études. Une fois que j'ai fini ma formation, j'ai ressenti ce besoin de dormir en grande quantité. 19H : sa compagne n'est pas encore rentrée. Mais Yann se couche et ne réveillera que le lendemain à 8H. Il souffre d'hypersomnie, une maladie rare, qui toucherait 1 personne sur 500.000. Ses causes sont une énigme. Seuls quelques patients sont traités. C'est vers 1. 17 ans qu'apparaissent les premiers signes à un moment où après la puberté, il y a souvent un besoin de sommeil accru physiologiquement. Et pour ces gens-là, ce besoin persiste au cours de la vie. Une maladie qui bouleverse des vies. Comme celle de Fabrice Delfort. Il sort d'une longue journée de travail. Vous avez eu envie de dormir aujourd'hui. Oui, plusieurs fois. Une fois dans les transports, il s'endort immédiatement. Il est hypersomniaque depuis 8 ans. Il est 20H et il accepte de veiller et prendre un verre mais c'est exceptionnel. A cause de sa maladie, il n'a quasiment plus de vie sociale. Les sorties culturelles, les sorties entre amis, je ne peux plus. Tout ce qui va prendre du temps, je ne peux plus. La prescription de stimulants peut faire reculer les symptômes. Le faible nombre de patients freine la recherche thérapeutique.

Quand dormir devient une maladie. A l'occasion de la Journée du sommeil, notre dossier ce soir sur un mal peu connu : l'hypersomnie. Sentiment d'épuisement, nuit de sommeil à rallonge. Comment vit-on avec la fatigue vissée au corps.

Les soirées de Yann Besmond sont réglées au millimètre. Lorsqu'il quitte son travail, il fait des courses et rentre.

Bonne soirée. Bonne nuit plutôt. Ce graphiste de 23 ans a besoin de dormir 12 heures Près de 5 heures de plus que la moyenne des Français. Des 18H30, il est aux fourneaux car c'est bientôt l'heure de se coucher. Impossible de rester plus longtemps sur son ordinateur. Le lendemain, il risquerait de somnoler toute la journée. 3 ans que ça dure depuis la fin de ses études.

Une fois que j'ai fini ma formation, j'ai ressenti ce besoin de dormir en grande quantité.

19H : sa compagne n'est pas encore rentrée. Mais Yann se couche et ne réveillera que le lendemain à 8H. Il souffre d'hypersomnie, une maladie rare, qui toucherait 1 personne sur 500.000. Ses causes sont une énigme. Seuls quelques patients sont traités.

C'est vers 1.

17 ans qu'apparaissent les premiers signes à un moment où après la puberté, il y a souvent un besoin de sommeil accru physiologiquement. Et pour ces gens-là, ce besoin persiste au cours de la vie.

Une maladie qui bouleverse des vies. Comme celle de Fabrice Delfort. Il sort d'une longue journée de travail.

Vous avez eu envie de dormir aujourd'hui.

Oui, plusieurs fois.

Une fois dans les transports, il s'endort immédiatement. Il est hypersomniaque depuis 8 ans. Il est 20H et il accepte de veiller et prendre un verre mais c'est exceptionnel. A cause de sa maladie, il n'a quasiment plus de vie sociale.

Les sorties culturelles, les sorties entre amis, je ne peux plus. Tout ce qui va prendre du temps, je ne peux plus.

La prescription de stimulants peut faire reculer les symptômes. Le faible nombre de patients freine la recherche thérapeutique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne