Japon : les robots travailleurs

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Préparatifs de la visite de François Hollande au Japon cette semaine. Après 15 ans de crise, le pays connaît un renouveau économique. Pour compenser la baisse de la population, il a aussi recours à une nouvelle génération d'humano'Ides. Ce n'est pas une usine future, mais une usine d'aujourd'hui, au Japon. On y fabrique des distributeurs de billets et des caisses automatiques. L'industrie utilise des robots depuis longtemps, mais ici, pour la première fois, ils ont une apparence humaine. Il est sympa, comme un être humain. Il est mignon. Nextage, c'est le nom de cet humanoïde. Sa vie n'est pas gaie : boulot, boulot, boulot, même pas de métro. D'etranges relations sont nées entre le robot et ses collègues. Comme il travaille avec plus de précision, ça nous motive. Il a fallu 5 ans pour concevoir Nextage. Il a 4 caméras : 2 dans les yeux, 2 dans les mains. les autres pour visser. Il peut travailler 24 H/24 pendant 3 à 5 ans. Pas de vacances ni de maladie. Jamais. Le travail de Nextage est programmé par un informaticien. Nous avons un schéma pour chaque mouvement. Il suffit de sélectionner les schémas et les mettre bout à bout. Nextage est produit de façon industrielle. Une dizaine d'entreprises au Japon l'ont déjà commande. Il coûte 30.000 euros, rentabilisés en quelques mois. Mais son succès vient d'abord de son look. Les clients sont contents de son aspect humanoïde. Les ouvriers à ses côtes peuvent le considérer comme un copain. Atsushi Ayashi travaille sur une nouvelle génération d'humanoïdes, qui ne seraient plus seulement des hommes-troncs. Ils pourraient porter des charges, des malades, et finalement. Faire dodo. Le travail des humanoïdes pourrait prendre celui des humains. Les ingénieurs veulent débarrasser l'homme des travaux pénibles, certes. Et ils disent que les limites des humanoïdes seront vite atteintes.

Préparatifs de la visite de François Hollande au Japon cette semaine. Après 15 ans de crise, le pays connaît un renouveau économique. Pour compenser la baisse de la population, il a aussi recours à une nouvelle génération d'humano'Ides.

Ce n'est pas une usine future, mais une usine d'aujourd'hui, au Japon. On y fabrique des distributeurs de billets et des caisses automatiques. L'industrie utilise des robots depuis longtemps, mais ici, pour la première fois, ils ont une apparence humaine.

Il est sympa, comme un être humain.

Il est mignon.

Nextage, c'est le nom de cet humanoïde. Sa vie n'est pas gaie : boulot, boulot, boulot, même pas de métro. D'etranges relations sont nées entre le robot et ses collègues.

Comme il travaille avec plus de précision, ça nous motive.

Il a fallu 5 ans pour concevoir Nextage. Il a 4 caméras : 2 dans les yeux, 2 dans les mains. les autres pour visser.

Il peut travailler 24 H/24 pendant 3 à 5 ans. Pas de vacances ni de maladie. Jamais.

Le travail de Nextage est programmé par un informaticien.

Nous avons un schéma pour chaque mouvement. Il suffit de sélectionner les schémas et les mettre bout à bout.

Nextage est produit de façon industrielle. Une dizaine d'entreprises au Japon l'ont déjà commande. Il coûte 30.000 euros, rentabilisés en quelques mois. Mais son succès vient d'abord de son look.

Les clients sont contents de son aspect humanoïde. Les ouvriers à ses côtes peuvent le considérer comme un copain.

Atsushi Ayashi travaille sur une nouvelle génération d'humanoïdes, qui ne seraient plus seulement des hommes-troncs. Ils pourraient porter des charges, des malades, et finalement. Faire dodo.

Le travail des humanoïdes pourrait prendre celui des humains. Les ingénieurs veulent débarrasser l'homme des travaux pénibles, certes. Et ils disent que les limites des humanoïdes seront vite atteintes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne